• La tribu des arachnides chez nous

    Commençons par la reine des lieux, la Tégénaire noire. Toujours aussi efficace et au fil des captures elle prend du ventre.


    Une autre Tégénaire à droite et en face une Epeire des fenêtres. Va y avoir de la bagarre. 

    La tribu des arachnides chez nous



    Les Xysticus sont aussi de terribles phénomens en prédation et en défense. Celle de droite n'a peur de rien, dès que je m'approche avec l'appareil elle se dresse et défie ce monstre bizarre.

    La Philodromus, difficile à différencier, sur l'hortensia. L'image de droite précise bien qu'il s'agit d'un mâle.

    Au bureau un mâle Epeire diadème. Installé sans gêne. Un clic sur les mains pour les agrandissements

     

    Le Pholque phalangide, ici une femelle prête à pondre. Elle a rèussi une belle capture pour prendre des forces. Une sauterelle Meconema reconnaissable à la tache rouge sur le dos en forme d'éperon.

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  •  

                        Sur les rives de la rivière
                               Sur les Saules                                                  sur la Viorne Obier

        Aux couleurs variables à deux ou à trois
     Une larve
    La Chrysomèle à vingt points (Chrysomela vigintipunctata) Chrysomelidae
     
     

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • Un insecte qui a du piquant


    Une des préventions à ne pas négliger : éviter de laisser croupir du liquide autour de la maison.

    Pour nos fleurs sur la terrasse j'avais préparer dans un récipient de 15 l. d'engrais à base de crottin de cheval bien dilué. J'ai laissé macérer pour que les restes de paille se déposent au fond. Trois à quatre jours plus tard j'ai alors constaté avec effroi que des moustiques avaient profité de l'aubaine pour pondre des milliers d'œufs qui n'ont pas tardé à donner naissance à autant de larves. Le résultat est "magique" et affolant. Après la photo nos géraniums ont appréciés cet apport de protéines.

    Voyez plutôt...


                                                                                                                                                            

                                                                  Moustique commun - Culex pipiens - Culicidae

     

     

     

     

     

     

    Un insecte qui a du piquant


    Quelques images

    Un insecte qui a du piquant

     

     

     

     

     

     

    (photo Wikipedia, texte du web)
    Le Moustique tigre - Aedes albopictus ou Stegomyia albopicta

                                         Diptère - Culicidae

     

     Il est arrivé en Suisse par le sud, le canton du Tessin, pour la première
     fois en 2003. Actif de jour, il est connu pour être le vecteur de la dengue,
     du chikungunya, du virus Zika et de filaires du genre Dirofilaria. En 2013
     il a été signalé au nord des Alpes.

     

     

    Un insecte qui a du piquant

    Un insecte qui a du piquant

     
    A ne pas confondre avec les moustiques : Chironome plumeux - Chironomus plumosus - Chironomidae
    Les diptères chironomides ne pique pas. Leurs larves se développent dans la vase.
    On les nomme vers de vase et sont employés comme appats pour la pêche. (du Web)



    Les Éphémères ou éphéméroptères ne sont pas non plus des moustiques.
    Ces insectes sont apparus au Carbonifère , il y a environ 280 à 350 millions d'années ; ce sont donc les plus anciens insectes ailés encore vivants.
    La vie d'un adulte est très courte, quelques heures à un jour. Durant cette courte période ils ne s'alimentent pas mais s'accouplent, les femelles pondent et meurent. Après l'éclosion les larves vivent 3 ans avant de se transformer.

    Un insecte qui a du piquant

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  •  
    Petit papillon de nuit de 15-20 mm d'envergure qui vole de jour. Il se nourrit aux heures les plus chaudes de la journée dans les prairies.
     
     
     

    Partager via Gmail

    11 commentaires
  • La Cigale bossue (Issus coleoptratus) Hémiptère - Fulgoromorpha de la famille Issidae
     

    La Cigale bossue est un insecte sauteur.

    Pour que les bonds des insectes sauteurs ne soient pas à chaque fois des ratés il est nécessaires que les pattes arrières se détendent parfaitement en même temps. Chez cette cigale la synchronisation est optimale grâce à ses deux pattes arrières accouplées au moyen de petites dents comme des engrenages.

    La Cigale bossue (Issus coleoptratus) Hémiptère - Fulgoromorpha de la famille Issidae

     

     

     

     

    p>

    Partager via Gmail

    10 commentaires