•                                                                 
                                                         "Une ville sans cloches est comme un aveugle sans canne"

    En période de Pâques je me suis mis dans la tête de rendre visite aux cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin. Après avoir acqui l'autorisation du conseil de paroisse j'ai été reçu par la sacristaine en titre Madame Stucky Huguette qui m'a pris en charge pour la découverte des cloches le Jeudi Saint 13 avril 2017. Cette charmante Dame née à Courtepin perpétue ce travail depuis de longues années dans la lignée des Stucky qui sont entrés en fonction dès la construction terminée de la nouvelle église en 1951 et dont la première pierre a été scellée en 1949.

                 La très sympathique Madame Stucky Huguette  


    J'ai eu de la chance car le soir même les cloches partaient pour Rome où elles seront bénies par le Pape. Elles reviendront le jour de Pâques remplies d'œufs pour les distribuer dans les jardins en carillonnant.

     

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin


    La partie technique

    Depuis la sacristie on accède à la salle des cloches par un parcours de galeries et d'escaliers en bois. Sur trois côtés de la tour les plaques, aussi en bois, supportant les horloges externes. Le mécanisme actionné électriquement et dimensionné à son application a une lointaine ressemblance avec nos montres de poignet. Les trois appareils sont reliés à un tableau de commande synchronisé avec les dispositifs de départ du carillon et des sonneries horaires.

     

    Le beffroi

    Le local des cloches abrite une structure en bois capable de supporter et d'absorber les mouvements d'oscillations et les vibrations très importantes lors des sonneries. C'est le beffroi d'origine spécialement construit pour les trois cloches moulées en 1898.

       

    L'ancien tableau de commande et le nouveau
    L'ancêtre est encore en parfait état de fonctionnement au cas où le nouveau aurait une défaillance.

         
                                                                                     La petite histoire des cloches de Courtepin

    C'est donc en juillet 1949 que l'on posa la première pierre pour la nouvelle église catholique Notre-Dame qui a été consacrée le 02 septembre 1951. Elle a remplacé l'ancienne chapelle devenu trop petite en raison du développement démographique de Courtepin. Le clocher est resté vide jusqu'en 1955 où il a reçu l'inestimable cadeau de la sonnerie en acier de la paroisse voisine de Schmitten qui a effectué chez elle le remplacement par des cloches en bronze.

    Les cloches sont suspendues au beffroi au moyen d'un joug équipé d'une roue actionnée par une chaine pour le balancement. Leur emplacement est exactement pareil au schéma ci-dessous, la petite (lab3), la grande (do4) et la moyenne (mib4).

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

     

    Chacune porte une inscription ainsi que l'année du coulage, 1898

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  

    Chères amies et amis je vous souhaite à tous un merveilleux week-end prolongé

    C'est Pâques et je serai quelques jours absent

    C'est Pâques et je serai quelques jours absent

     

     

     

     

     

     

     

    Mon esprit part pour Rome avec les cloches de l'église du village

     
    Partager via Gmail

    11 commentaires

  • Chaque petite fenêtre s'ouvre sur une nouvelle vie dans les milieux naturels de ce Lézard qui n'a pas eu de chance

     

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  •  

    Dessin au crayon de couleur

    agrandir

    agrandir

    agrandir

    Le Vulcain (Vanessa atalanta)  Nymphalidae

    Partager via Gmail

    29 commentaires
  •  

     Pourquoi Cornouiller mâle, c'est incorrect puisqu'il est à la fois mâle et femelle (monoïque). C'est un arbuste dont le bois est très solide, il peut atteindre les dix mètres avec une longévité jusqu'à 100 ans. Il fleurit en février (chez moi en mars) bien avant l'apparition des feuilles. Très mellifères ses fleurs sont les premières à recevoir la visites des abeilles après l'hiver. Ses fruits, des cornouilles, sont comestibles bien mûrs dès fin septembre.
    Comparaison avec le Cornouiller sanguin Cornouiller sanguin

         
     
     
     

     

     
    Partager via Gmail

    18 commentaires