• Qu'est-ce que tu peux m'embêter avec tes idées de metteur en scène
    Dépêches-toi je m'les gèle !




    A défaut de teintes autres que le noir, le blanc et le gris, je me suis beaucoup amusé en cherchant des taches de couleurs fin janvier 2017
         

     





    Partager via Gmail

    20 commentaires
  •                                                                                                                                                     Aucun trucage dans mes images


                                       Plainte hiver

                                       Je suis mal aimé pourquoi ?
                                       Je suis blanc et froid ?
                                       Je me croyais avenant
                                       Bien sûr mon gel est ardent                    
                                       Mes aiguilles de glace brûlantes
                                       Mettent en émoi les mains galantes

                                       Avec vos lames d'acier
                                       Vous me jetez de côté
                                       Vous me salez et me tapez
                                       Vous me marquez de vos souliers
                                       Vos yeux sont remplis de reproches
                                       Lorsque sous vos pieds je décroche

                                       Je suis la quatrième saison
                                       Je n'ai rien demandé que vivre mes émotions
                                       Du ciel je vous gratifie de mes flocons
                                       La terre est aussi ma maison
                                       Hommes, nous pouvons vivre ensemble
                                       J'aimerais être celle qui rassemble.

                                       Je suis mal aimé pourquoi ?                                  

                                                                                   Wädou



    Rigueur, simplicité et élégance en équilibre sur une pureté parfaite

    La pomme de pin est l’expression de la fécondité et de la puissance vitale, de la permanence de la vie végétative et animale. 

    Pureté, innocence, robe de mariée sur fond de sagesse et sérénité

    Espérance et concentration liée et centrée en connexion avec la source 

     

     
    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  


    Avec cet article je ne veux absolument pas faire le procès de ceux qui veulent aider les oiseaux durant l'hiver.
    Je désire simplement donner quelques informations afin de les protéger au mieux contre tout excès de solidarité
    qui peuvent êtres préjudiciables pour la santé de nos compagnons à plumes.


    En hiver, les oiseaux trouvent de quoi se nourrir dans les prairies, en forêt, sur les buissons et les arbres fruitiers.
    Ils sont parfaitement capables de supporter le froid et même de résister aux basses températures

    Ils sont trop gâtés autour de nos maisons. C'est totalement dénaturé de suralimenter les oiseaux. Plus vous en recevez et plus vous favorisez les risques des maladies infectieuses telles que la salmonellose ou la tuberculose qui sont  très répandues chez les oiseaux sauvages. L'intention primordiale doit être de présenter un appoint de nourriture et non de contribuer à ce qu'ils deviennent accroc des mangeoires et se détournent d'une prospection dans leur milieu naturel.

    Un Rouge-gorge gratte les feuilles sur le bord d'un chemin de forêt. Faites-en l'expérience et vous serez étonnés de trouver, par exemple des
      faines de hêtre ou des graines de conifères. Son physique ne laisse pas de doute quant à sa capacité de résister au froid (photo du 21 janvier 2017).
                                                                                  A droite un Moineau non moins bien équipé.

    Rouge-gorge

    Rouge-groge bien dodu

    Un Moineau

      
       Un exemple très caractéristique est ce champ en jachère sur les hauts de Courtepin. Ce garde-manger est bourré de graines jusqu'aux beaux jours.

    Un champ en jachère

    Si vous êtes propriétaire d'arbres fruitiers, ne cueillez pas touts les fruits en automne. Les oiseaux vont se régaler. 

    Sous un arbre fruitier

    Ce tableau répertorie un échantillonnage de plantes et de baies appréciées par les oiseaux en hiver
    lorsqu'ils ne trouvent plus les graines et les insectes normalement au menu.
    Attention à certaines baies qui sont toxiques pour l'homme mais pas pour les oiseaux. Ceux-ci sont capables de détecter les bonnes des mauvaises.

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Carotte sauvage
    (Daucus carota)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Aubépine épineuse
    (Crataegus laevigata)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Faux-acacia
    ou Robinier
    (Robinia pseudoacacia)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Cotonéaster rampant
    (Cotoneaster horizontalis)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Oseille commune
    (Rumex acetosa)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Rosier des haies ou Églantier
    (Rosa canina)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Millepertuis perforé
    (Hypericum perforatum)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Fusain d'Europe
    (Euonymus europaeus)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Gratter les feuilles mortes
    pour découvrir les faines
    des hêtres

     

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Gui
    (Viscum album)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Faines de hêtre sur le tapis de neige

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Houx
    (Ilex aquifolium)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Clématite des haies
    (Clematis vitalba)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Prunelier
    (Prunus spinosa)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Plantain
    (Plantago)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Vigne vierge à fruits bleus
    (Ampelopsis brevipedunculata)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Platane
    (Platanus)

    Que mangent les oiseaux en hiver

    Viorne obier
    (Viburnum opulus)
    Partager via Gmail

    24 commentaires

  • Nous sommes toujours à Agbodrafo dans le quartier Lakomé où se trouve la Maison des esclaves (voir le premier article ).
    Juste en face de la maison est installé une boutique de souvenirs pour touristes de l'art africain.

    Agrandir

    Agrandir

       
    Les pièces en bois sont sculptées et mises en musique par la communauté vivant sur place

    Agrandir

    Agrandir

           
    Quelques créations très élaborées

    Agrandir

    Agrandir

    Agrandir

    Agrandir

     



     
    Partager via Gmail

    17 commentaires

  • A une demi-heure en voiture de Lomé (capitale du Togo), se trouve Agbodrafo, une ancienne cité portugaise (auparavant Porto Seguro)
    qui est à présent une tranquille petite ville au bord du Lac Togo.


    Dans le quartier Lakomé de la cité d'Agbodrafo existe une maison qui a appartenu au commerçant et négrier écossais John Henry Wood. C'est
    la Maison des esclaves ou Wood home. Elle avait été construite après 1835 et a servi illégalement pour le commerce des esclaves jusqu'en 1852
    malgré  l'abolition de la traite atlantique par l'Angleterre en 1807.

    Agrandir

     

    Les demi-lunes sont des lucarnes d'aération pour les sous-sols où les esclaves étaient confinés en attendant
    d'êtres envoyés par bateau en Europe ou en Amérique.
    Le plafond est à ~1.50 mètres, c'est dire qu'il  est
    impossible de se mettre debout. Pas de lumière et
    l'ouverture de communication entre deux chambres
    est à peine 1.00 m. de hauteur. On peut imaginer les souffrances endurées.


     

    On ne pouvait pas trouver mieux comme guide. D'une voix douce mais ferme il nous révèle l'histoire et avec une multitudes de détails le
    passé obscur de cette demeure.
    A gauche quelques vestiges d'un bureau
    A droite, on entre dans la maison et immédiatement on est surpris par la vision des pièces du sous-sol. Elles s'apparentent à des cales de bateau.

    Agrandir

    Agrandir

    Agrandir

    Agrandir

     

    L'entrée de la Maison des esclaves. A gauche notre chauffeur, au milieu mon épouse (Whoopi) et à doite notre guide. Un cadre est pendu à droite de l'entrée qui porte un poème très émouvant dédié à ces humains mal traités. L'auteur est une femme chargée des relations extérieures de
                  Global Culturama  
                                                                                               

    La visite se termine en inscrivant nos coordonées et d'écrire quelques mots
    de notre ressentit dans le
    livre d'or.

    Agrandir

     

    Agrandir

     
    Partager via Gmail

    20 commentaires