• Paysage aquarelle, La Sauge

    Partager via Gmail

    12 commentaires

  • Les scientifiques vont parfois très loin pour dénommer une nouvelle espèce


    En latin "Zygon" signifie "joug". Donc Zygiella à cause du dessin sur l'abdomen en forme de joug de cheval.

    Et pour le x-notata, voici la réponse de Christine Rollard, scientifique française...

    pour l'origine de "x-notata", en reprenant la description originale de Clerck (en latin), il précise qu'il a donné ce nom
    car le dessin visible sur la face dorsale de l'abdomen correspond
    "aux 2 poissons du signe astrologique" ou "à une sorte de petit X".

     

                 Voici le signe astrologique                             et deux vues de Zygiella femelles. Les motifs diffèrent pour chaque individu                                          

     

     

    Cette femelle a réussi une prise et l'a emmené dans son salon pour consommer tranquillement

    Deux mâle plus petits. Leurs longues pattes permettent une approche prudente de la femelle. A droite il ferait mieux de se méfier. Cette grosse femelle n'est pas une Zygiella mais une Epeire des fissures qui pourrait bien s'en accomoder pour un repas.

    Retour à la galerie
    Vers l'accueil des araignées

     

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  •  

     

    Essai

    Érigée à la renaissance au début du XVIème siècle cette chapelle dédiée à la Vierge Marie et affectionnée par les autochtones de Courtaman à connu la destruction ordonnée en 1657 par l'évêque. Mais grâce à un groupe de courageux elle fut reconstruite.

    Tirées d'une photo d'époque ces deux découpes montrent la chapelle à son ancien emplacement au bord de la route principale non loin du restaurant de l'Union actuellement transformé en appartements. La route principale est restée d'origine jusqu'en 1963 où trafique et modernisation ont obligés les autorité à l'élargir et la goudronner.

    La chapelle a du être à nouveau mis à mal. Après réflexion il a été décider d'en construire une toute nouvelle à l'actuel Chemin de la Chapelle (voir ci-dessous). Le temps à fait son œuvre d'usure sur ses structures.

    Essai

     
    La dernière rénovation de la nouvelle chapelle est une belle histoire de volontariat et d''abnégation de la part d'un habitant de Courtaman.
    C'est en 2012, lors d'une promenade avec son chien, que l'idée s'est imposée à l'artiste Gilbert Marcel Egger. Il s'est arrêté devant le sanctuaire et l'état de sa dégradation l'a conforté dans cette voie. Désormais plus rien ne pourra l'arrêter.
    Il se lancera ardemment dans cette entreprise. C'est un retraité heureux qui s'est reconverti en artiste peintre. Cette passion le tient encore actuellement et son côté artistique va lui permettre d'accomplir un travail de maître

     

    Rénovation, rafraichissement de la chapelle Notre-Dame à Courtaman par l'artiste peintre Gilbert Egger

    Rénovation, rafraichissement de la chapelle Notre-Dame à Courtaman par l'artiste peintre Gilbert Egger

    Accueilli par la croix et la cloche et avant de pouvoir concrétiser son rêve de rénovation Gilbert Marcel Egger a pris l'initiative de s'enquérir auprès de Monsieur Daniel Werro, en 2012 président du conseil de paroisse de Courtepin, pour obtenir l'aval de cette autorité. Bien entendu elle lui a été accordée. Gilbert Marcel Egger s'est mis au travail en commençant par rafraîchir la maçonnerie puis repeindre les deux murets jouxtant la porte d'entrée. Malheureusement alors une méchante maladie le força a suspendre la suite de l'ouvrage durant une année. Il a reçu la grâce de la guérison et encore plus motivé a poursuivre il s'est attaqué à la façade de fond en réparant le carrelage. Cette surface de 6 mètres de haut a nécessité un échafaudage adéquat (vertige exclu). Tout en haut un champ de planelles-décor a été judicieusement adopté. Toujours pas satisfait du résultat déjà obtenu, il a jeté son dévolu sur la statue de la Sainte Vierge Marie façonnée en terre cuite brute par Hertig Jean potier à Courtaman. Il a donc personnalisé cette sculpture avec toute son inspiration émotionnelle. La pureté des couleurs attribuées étaient parfaitement prédestinées . A cet avancement des travaux il pris du recul mais ne ressenti pas le déclic du fini. Le sol intérieur avait aussi besoin d'une réhabilitation. Un lumineux tapis de dalles, posé volontairement par son fils carreleur, impose une luminosité de circonstance. Gilbert Marcel Egger n'arrêtera jamais de vouloir embellir ce lieu et de le consolider pour sa conservation. Il prévoit dors et déjà de fermer la devanture de la chapelle pour empêcher l'eau de pluie de pénétrer à l'intérieur. Chaque pèlerin passant par la Chapelle Notre-Dame sera émerveillé de l'embellissement des lieux grâce à cet homme dévoué à la bonne cause.

    Rénovation, rafraichissement de la chapelle Notre-Dame à Courtaman par l'artiste peintre Gilbert Egger

    Rénovation, rafraichissement de la chapelle Notre-Dame à Courtaman par l'artiste peintre Gilbert Egger

    Partager via Gmail

    9 commentaires


  •  

     
     

    Dessin aux crayons de couleur  -  La mouche Phasia hemiptera

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  •  

    Balade - découverte chez les araignées


    En été la nature est en plein essor. L'épanouissement de la flore attire une multitudes de butineurs. Et tout naturellement là où il y a de la nourriture à grappiller arrivent les prédateurs. Les oiseaux, certains hyménoptères et bien sûr les araignées. En particulier les Misumena ou Araignées-crabe qui se démarquent par leur capacité de plagier la couleur du milieu où elles s'installent à l'affut. Voici quelques spécimens pris sur le vif.

     La Thomise variable (Misumena vatia)

    Normalement une araignée ne dédaigne pas une proie qui se promène à sa portée. Ici, la thomise n'a pas bougé d'un poil même lorsque cette guêpe est montée sur son dos. Elle a pour sûr décelé chez ce rôdeur un danger pour elle.

    Le lendemain sur la même ombelle elle n'a pas hésité
    à s'emparer d'un Mérodon absolument inoffensif.

     

     Les trois images suivantes montrent trois Thomises
    sur différentes ombelles avec chacune un Syrphe du genre Pipiza. Actuellement ces diptères (mouches) sont très nombreux à butiner.

     

     

     

     
     

     
         
    Partager via Gmail

    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires