•                                                                       
    25 juillet 2016 à 15.45 h.
    Un papillon de nuit mais le mâle vole de jour à grande vitesse dans tous les sens pour chercher une femelle qui n'est active que la nuit. J'ai donc eu la chance de pouvoir suivre des yeux un mâle qui est littéralement "tombé" dans l'herbe. Intrigué je l'ai cherché et découvert le but de ce comportement : une magnifique femelle qui n'attendait que ça pour se reproduire. Elle est de couleur claire et peut atteindre 80 mm d'envergure son compagnon est brun foncé.

     La femelle pond en vol ce qui amène la chenille, très polyphage, à se développer sur une grande variété d'arbres et d'arbustes, chênes, aubépines, saules, aulnes, bouleaux, prunelliers, ronces, bruyères, genêts. Il semble que les adultes ne se nourrissent pas et vivent sur leurs réserves accumulées lors de leur transformation. Leur durée de vie est donc courte.

    La femelle en robe claire,
    le mâle est derrière
    Aah...l'amour est dans le pré   C'était le moment idéal, la femelle a le ventre très gonflé

    Le Bombyx du chêne ou Minime à bandes jaune (Lasiocampa quercus) Lasiocampidae

    Le Bombyx du chêne ou Minime à bandes jaune (Lasiocampa quercus) Lasiocampidae

    Le Bombyx du chêne ou Minime à bandes jaune (Lasiocampa quercus) Lasiocampidae

    Le Bombyx du chêne ou Minime à bandes jaune (Lasiocampa quercus) Lasiocampidae

        Les chenilles du Bombyx du chêne éclosent en fin d'été
    et grandissent très peu pour passer l'hiver.
    Cette juvénile retrouvera son activité au printemps et changera d'aspect.
    Photos septembre 2013
     
         


    Un mâle s'est invité au salon début août 2017

    Le Bombyx du chêne ou Minime à bandes jaune (Lasiocampa quercus) Lasiocampidae



     

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  •  

    C'est l'hiver mais la neige ne veux pas descendre au fond des vallées ou en plaine. Notre soleil en profite pour rester l'acteur principal.
    Fatigué de rayonner après une journée sans nuage il nous réjouit encore en allumant le ciel avant de se coucher.

    En sa compagnie je vous adresse mes vœux les plus sincères pour 2018

    Aquarelle "Le coucher de soleil" derrière Cournillens à Côté de Courtepin.

    Partager via Gmail

    19 commentaires
  •  

    Malgré une participation moins forte que les années précédentes, la qualité et l'imagination étaient au rendez-vous pour cette Route de Noël.
    Chaque exposant s'est donné à fond pour réjouir les visiteurs de par leur chaleureux accueil et toutes les préparations culinaires d'accompagnement : le vin chaud, du thé à chaque fois différent, des biscuits salés sucrés, sans oublier le chocolat.

    Courtepin la Route de Noël - Weinachtsstraase 2017  (vitrines des particuliers)

    La Galerie

     

     

    Courtepin la Route de Noël - Weinachtsstraase 2017  (vitrines des particuliers)

    Courtepin la Route de Noël - Weinachtsstraase 2017  (vitrines des particuliers)

     

     
    Partager via Gmail

    9 commentaires
  •  

    J'anticipe et souhaite à tous des fêtes de fin d'année les plus harmonieuses et riches en amour.
    C'est l'occasion du pardon et d'échanger nos joies de cœur.

    Prenez bien soin de vous et de vos proches et que la prospérité s'installe dans chaque foyer.
    Une pensée d'espérance pour les sans abri et sans famille.

    C'est avec un grand plaisir que je vous retrouverai après le nouvel-an.

    Tchin...tchin...et à bientôt

    C'est la fin de cette année

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires

  • Petit charançon 3-5 mm dont les plantes hôtes sont différentes espèces de Molènes. Ci-dessous la Molène bouillon blanc (Verbascum thapsus). Ces coléoptères se nourrissent sur la plante et les femelles pondent de 1 à 3 œufs directement dans les capsules à graines. Les larves s'en régalent mais sont aussi cannibales, la troisième larve est le plus souvent dévorée. A maturité elles se nymphosent et entre 11 et 16 jours les adultes se dégagent en grignotant la paroi de la capsule. Ils hivernent au pied de la plante hôte sous le feuillage et le cycle recommence dès le mois de mai.


      

     






    La rencontre avec une fourmi. Le charançon ne
    semble pas incommodé
    Partager via Gmail

    23 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires