• ♥ Les syrphes

     Dans la famille de mouches les Syrphes font partie du sous-groupe des Brachycera : vient du grec Brachy (court) et Ceros (corne). Ce sont des muscoïdes, qui ont des antennes courtes. Selon les espèces, leurs larves se nourrissent de détrituts, de bulbes de fleurs, de pucerons ou de larves d'autres insectes. Une seule larve peut croquer de 20 à 30 pucerons par jour.

    A gauche les antennes courtes et à droite les yeux séparés d'une femelle (sauf exception), chez le mâle ils sont collés.

     

     

     

     

     

     



     

    Certaines espèces se parent des couleurs vives ou d'une apparence de certains Hyménoptères.
    C'est un moyen de dissuasion envers leurs prédateurs

    Comme une abeille                                     Comme une guêpe                                      Comme un bourdon


    Aucun syrphe ne pique. Ce sont de parfaits miroirs de la santé des différents milieux naturels et sont les principaux pollinisateurs de la flore.  Ils sont l'une des plus grandes famille de diptères, 5'000 espèces passées ont été répertoriées dans le monde. Dans le règne animal ils occupent plus du 50%. De par leur nombre, ils font office de repas à une part très importante de la chaîne alimentaire.

  •  

     

     

     
    Superbe Syrphe qui, pour une fois, a  de "longues" antennes. A ne pas confondre avec la famille Conopidae.
    Les adultes se nourrissent sur différentes fleurs.
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
     

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • Les Syrphidae
    Il faut différencier les Éristalines des Syrphides


    De mon écrin immaculé je me présente comme faisant partie du monde des Mouches et de la grande famille des Syrphes. Mon nom peu ragoûtant, on m'a même surnommé Éristale pourceau, provient du fait que mes larves se développent dans des trous d'eau croupie ou dans des fosses à purin. Par contre en tant qu'adulte je suis propre en ordre, c'est nécessaire pour rendre visite à mes complices les fleurs.
    Je ressemble fortement à une abeille ainsi je me protège.


    Mes identifiants

    A ne pas confondre Éristale gluant(e) avec Éristale opiniâtre (Eristalis pertinax)
    ici représenté (clic sur l'image). Celui-ci a sur les pattes de devant et au milieu les tarses clairs

     

    Une femelle avec les yeux séparés sur la tête (agrandir par un clic)
    La nervure en V sur l'aile est bien visible


    Un mâle avec ses dessins particuliers sur l'abdomen
    et les yeux rapprochés

     

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  •  Myathropa florea : du grec ancien μυῖα, myia (mouche) et thropa qui est dérivé de Atropos une des trois déesses (l'implacable coupe-fil) de la mytologie grecque qui contrôlait la destinée de chaque homme ( relation avec la tête de mort dessiné sur le dos de l'insecte).

    Ce syrphe est reconnaissable à son design qui rappelle une guêpe mais n'en a pas le moyen de piquer. Son apparence devrait suffire à dissuader ses prédateurs. Comme ses autres cousins syrphes c'est un butineur à haute valeur ajoutée. Ses larves se comportent comme pour l'Éristale gluant(e) et peut-être aussi dans un creux d'arbre où l'eau s'accumule.

    Une femelle avec les yeux écartés sur la tête (agrandir les vignettes)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un mâle
     
    Partager via Gmail

    6 commentaires
  •  C'est un des plus grands syrphes. Pour une raison bien précise le design de sa robe lui confère une allure de guêpe ou de frelon. Ce mimétisme permet à la femelle de s'approcher du nid de guêpes ou de frelons. Elle pond à l'intérieur de l'entré  ou dans l'enveloppe du nid. Sitôt éclosent les larves tombent dans le fond du nid pour y dévorer les détritus ou les larves mortes des résidentes. Elles peuvent aussi s'attaquer aux larves dans les alvéoles (Ectoparasite). Ne pas confondre la Volucelle zonée avec la Volucella inanis (Volucelle vide) dont la première bande jaune sur l'abdomen est différemment dessinée. (voir).

    Si désiré agrandir les vignettes

    La femelle
    Ses yeux sont largement séparés sur le dessus de la tête et son mésothorax est de couleur brune.

    Le Mâle
    Ses yeux sont collés sur le dessus de la tête et son mésothorax est de couleur très sombre.

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  • Les larves de cette espèce sont ectoparasites ou nécrophages, se nourrissent de larves vivantes dans les alvéoles ou mortes dans le fond du nid de guêpes ou de frelons.

    La Volucelle vide se trouve en haut à droite. En bonne compagnie avec une Mouche verte et un autre syrphe Eupeodes sp. à gauche et encore une Volucelle transparente en bas à droite

    Ses caractéristiques : la première bande jaune sur l'abdomen est large et de couleur forte. Des bandes noires sur le mésothorax et une tache sombre sur chaque aile. Pour comparaison avec Volucella zonaria (voir)

    Une femelle avec les yeux séparés sur le dessus de la tête.
    Selon désir agrandir les vignettes

    Le mâle avec le mésothorax complètement sombre et surtout les yeux collés sur le dessus de la tête

    Inanis Inanis



    Partager via Gmail

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique