• . J'avais semé des grosses graines de néflier dans un pot. Un petit arbre est sorti de terre et je l'ai mis dehors pour passer l'année. Vers l'automne j'ai remarqué que certaines feuilles étaient rongées sur les bords. Ne voyant rien de spécial j'ai soulevé une feuille et j'ai découvert une chrysalide dans un cocon de soie. Ne sachant pas de quoi il en retournait j'ai remis la plante à l'intérieur pour éventuellement pouvoir observer la suite. Un matin voilà qu'un beau papillon était sorti de l'enveloppe. C'est un papillon de nuit (noctuidae) qui pourrait être confondu avec Autographa gamma (voir ICI) mais il diffère quelque peu avec sa robe. C'est un migrateur.

    Goutte

    Goutte d'argent
    Goutte d'argent

    Goutte d'argent

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Ce papillon est un nocturne mais il butine souvent durant le jour en battant sans cesse des ailes  surtout sur les fleurs du jardins.
    C'est un grand migrateur isolé ou en groupe. Il est capable de voler à grande vitesse.
    Il faut profiter des quelques instants où il reste tranquille pour l'avoir en photo.
    A ne pas le confondre avec la Goutte d'argent (voir ICI) de la même famille.
    Autographa

    Autographa

    Autographa

    Autographa

    Autographa

    Autographa

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'imago est un magnifique papillon de nuit. Son nom est tiré du grec boukephalos, "tête de boeuf", par rapport à la forme de la tête du papillon. Ici elle dévore les feuilles d'un saule. Le chêne, le tilleul et l'aulne sont aussi les arbres hôtes.



    La tête avec un joli col en fourrure. Le signe en "V" ou "Y" sur la face de la chenille apparait vers sa maturité.



    Sous une feuille de Saule cendré une colonie d'œufs vides. En haut de la feuille les premières mues. A droite les bébés voraces de 5mm.
    Agrandir les vignettes



    Ces jeunes chenilles ont environ 15 mm de long et déjà pleines de poils. Leur appétit fait pâlir les adultes.



    Ici la chenille et l'imago. N'ayant aucune image du papillon je l'ai emprunté à "Wikimedia commons"

    Partager via Gmail

    19 commentaires
  • Avec son réseau de routes principales et chemins de campagne imprimés sous les ailes il est normal de le nommer carte géographique.
    Ci-dessous une scène de ponte à l'envers d'une feuille d'ortie et trois chapelets d'œufs.

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  NymphalidaeLe Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Il est souvent visible à butiner sur les ombelles d'apiacées. Sa couleur sombre est typique de la période estival et se  nomme Prorsa (une déesse invoquée pour aider l'enfant à avancer)

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Il y a toujours assez de fleurs pour toute une armée d'insectes.

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Cette couleur clair se voit sur les individus printaniers et se nomme Levana (qui découvre le monde)

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Sa chenille avec deux cornes caractéristiques sur la tête. Les boulettes d'excrément sur une feuille d'ortie ont attirées mes mirettes et la chenille a été découverte au repos sous la feuille de dessus .
    Cliquer sur les images pour agrandir

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Le Carte géographique et sa chenille  (Araschnia levana)  Nymphalidae

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Blog de wadou :Trésors de notre Nature, Le Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)   Nymphalidae

    Je n'ai pas trouvé l'origine de l'appellation "Robert-le-Diable" mais avec un peu d'imagination le diable apparait sur l'aile(voir la dernière photo) Il a les ailes très découpées et son signe particulier se trouve sous les ailes antérieures, un C en blanc d'où le nom latin. Il se développe en deux générations annuelles et ceux de la ligne automnale passent l'hiver sous forme adulte dans une grotte, un tronc creux ou une ruine

    Le Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  Nymphalidae

    Le Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  Nymphalidae

    Le Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  Nymphalidae

    Il adore se chauffer au soleil sur les arbustes en lisière de forêt

    Le Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  Nymphalidae

    Sa chenille aussi extravagante que l'adulte, mais combien photogénique, ici sur des orties
    Cliquer sur les images pour agrandir

    Le Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  NymphalidaeLe Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  NymphalidaeLe Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  NymphalidaeLe Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  NymphalidaeLe Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  Nymphalidae

     

     

     

     

     

     

        Le Robert-le-Diable  (Polygonia c-album)  Nymphalidae

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique