• ♥ Les insectes

    Blog de wadou :Trésors de notre Nature, Introduction aux insectes

     

    sous-embranchement : hexapode
    embranchement : arthopodes
    sous-groupe : mandibulates

    Les ordres principaux sont décrits séparément en cliquant sur les vignettes
    Les coléoptèresLes hyménoptèresLes diptèresLes libellules et demoisellesLes orthoptèresLes papillons et leurs chenillesLes coccinellesLes hémiptèresLes mécoptères
    Les SyrphesLes Névroptères (Neuroptères) Chrysopes

     

    Les scientifiques ont décrit pas loin de 1'000'000 d'espèces ce qui représente les deux tiers du règne animal. La classification des insectes se fait sur des critères morphologiques.
    Un insecte a une tête, un thorax, un abdomen, six pattes et quatre antennes. Chez certains d'entre eux une paire d'ailes a été atrophiée comme chez les Diptères qui n'ont que deux ailes.
    Les araignées ont quatre paires de pattes (8) et ne sont pas des insectes. Ce sont des arachnides.

     

     

  •  En dehors des professionnels la gente humaine est-elle consciente de l'importance de ces petits soldats qui jours après jours viennent se nourrir  sur les inflorescences des cultures. Le butinage de fleur en fleur favorise l'échange de ces microscopiques grains reproducteurs. La récolte encore une fois sera bonne. Là où les insectes se posent volontiers les régulateurs de leur population ne sont pas loin. En particulier les araignées. L'Araniella cucurbitina avec sa robe jaune et vert-clair est difficilement détectable mais déjà toute petite elle est très efficace. Je peux signaler aussi la présence d'autres prédateurs tels que les mouches Empis ainsi que Scatophaga.

    Paon du jour                            Abeille                               Anostirus

           

    Cliquez sur les vignettes pour accéder à l'article concerné

     

     

     

     

     

     

    Bourdon des champs                         Empis                               Scathophaga

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bourdon terrestre     Axydiris                    Tachinide                    Cétoine                      Araniella             

           

     

    Charançon                   Punaise                    Syrphe

     

     

     

     

     

     

    Taupin                       Bibio                         Adela
    Partager via Gmail

    11 commentaires
  • Fin mars 2014 en balade sur un chemin forestier j'ai découvert ce renard mort à quelques mètres du bord dans les feuilles mortes. Je m'approche donc  et remarque une mouche sur le pelage de la bête. Je l'identifie comme étant une Mouche bleue (Calliphora vomitoria) qui a trouvé un garde-manger à la hauteur de sa réputation de nécrophage. Elle se nourrira sur la dépouille avant de trouver l'endroit choisi pour pondre ses œufs. L'idée m'est venue de rendre plusieurs visites à cette carcasse afin de suivre l'évolution de son recyclage naturel.

    Mouche bleue Mouche bleue

    Deux semaines ont passé et la dépouille est déjà en plein recyclage. Curieux comme pas deux je soulève une partie de ces restes avec un bâton et découvre une pouponnière grouillante. En quelques jours les œufs de la (des) mouche (s) bleue (s) ont éclos et donné naissance à une armée d'asticots qui sont devenus gras à souhait. Le pauvre renard doit ressentir des picotements dans le nez au paradis des animaux.

    Il est de bon ton d'agrandir les vignettes en cliquant dessus.

    Asticots Asticots Asticots

     Où il y a une opportunité de nourriture la chaine alimentaire se met en place. Bien entendu les Mouches bleues continuent leur manège. Mais maintenant les asticots vont eux-même faire la connaissance de leurs prédateurs. En première ligne sont arrivés de super carnassiers blindés de 10-15 mm, les Oiceoptoma thoracicum de la famille des Silphidae (à voir l'article). Les asticots seront donc mis à rude épreuve car le nombre de ces coléoptères au thorax orange ne cesse d'augmenter chaque jour.

    A vous régaler en agrandissant les vignettes ci-dessous

     Pour ne pas trop déranger les acteurs du reportage je me suis arrêté aux yeux du renard qui autrefois pétillaient de malice et qui sont devenu de parfaits puits d'abondance pour les asticots qui s'y sont installés. Les Oiceoptoma se comportent comme au buffet self service. On entre dans l'œil, on s'empare d'une larve pour la déguster un peu plus loin. Les mâles installés sur une femelle se contentent de faire leur travail de reproducteurs pendant qu'elle dévore une proie. La troisième image montre un diptère qui  pourrait être une Scatophagidae et encore une de la même famille sur l'image 5, une Phrosia. C'est tout à fait normal de trouver de telles mouches sur un cadavre.

    Oiceoptoma Oiceoptoma Oiceoptoma Oiceoptoma
    Oiceoptoma Oiceoptoma Oiceoptoma Oiceoptoma

     De la nature tu fus, dans la nature tu retournes. C'est ainsi après plusieurs semaines il ne restera que quelques os éparpillés nettoyés par les insectes éboueurs. Un animal mort permet la survie de beaucoup d'autres espèces.
    A gauche une petite mouche nettoie les dents pendant que les coléoptères se servent d'asticots dans la bouche.

    Oiceoptoma Oiceoptoma
    Partager via Gmail

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique