• Une fausse-chenille a minimum 6 paires de fausses pattes et peut en avoir jusqu'à 9 paires. Une chenille de lépidoptère en a 5 paires. A maturité les fausses-chenilles disparaissent dans les couches supérieures du sol entre 1 et 5 cm de profondeur. La nymphose s'effectue au bout de 10-13 jours dans un cocon et les adultes s'envolent pour se reproduire. Il peut y avoir 3 générations par année.

    Dans de bonnes conditions ces larves dévorent le double de leur poids en 24 heures.  
    Les dégâts sont à la mesure de l'importance de la colonie de larves, une défoliation complète est possible.
    Arge pagana

    Arge paganaArge pagana

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Arge pagana

    Une juvénile
    rge pagana

    Partager via Gmail

    19 commentaires
  • Ces cocons ne sont pas l'œuvre d'une araignée. Il m'a fallu pas mal de recherches pour finalement découvrir l'origine de ces pouponnières. En voici l'historique :

    Une minuscule guêpe femelle de l'ordre hyménoptère et de la super-famille ichneumonoidea (endoparasitoide) se met en quête d'un hôte afin de le parasiter pour élever sa progéniture. En général elle jette son dévolu sur une chenille qu'elle a bien choisi. Elle dépose alors ses œufs sur ou dans le tégument (poils, peau) de l'hôte. A la naissance les larves commencent à se nourrir au dépend de la chenille sans s'attaquer aux organes vitaux. A maturité ces larves se transforment en cocons. Suivant l'espèce du parasitage la chenille, dont le comportement a été modifié, se met à tisser un abri pour protéger les cocons. La chenille meurt et fini par tomber à terre. Après 15-20 jours les imagos sortent du cocon, ce sont des Braconidae microgastrinae.

    La chenille est encore entrain de travailler le cocon

     Là elle est déjà morte et bientôt se détachera du cocon. On peut remarquer que les chenilles peuvent se trouver sur différentes espèces de graminées. Mais la guêpe a délibérément choisi la même espèce de chenille.

    Les cocons resteront seuls jusqu'à la naissance des nouvelles guêpes braconidae ou ichneumonidae.
    -------------------------
     Les larves de ces guêpes peuvent à leur tour êtres parasitées. Il s'agit de deux espèces de Mesochorinae dont seules deux espèces ont été inventoriées en Afrique. Elles pondent à l'intérieur des larves des braconidaes ou euchneumonidaes. Ces intrus sont qualifiés d'hiperparasitoides.
    Du cocon il sort alors les imagos de mesochorinae.

    -------------------------

     En date du 25 juillet 2014 j'ai suspendu un de ces cocons dans un bocal en verre. Le 30 juillet 2014 la naissance des imagos a eu lieu. Apparemment ce sont des Apanteles glomeratus de la famille Braconidae. Pas plus de 3 mm. Ces minus sont très utiles pour l'agriculture où ils éliminent bon nombre de nuisibles.

    N'étant pas équipé pour produire de meilleures images à travers le verre j'en appelle à votre compréhension.



    Les voilà qui sortent du cocon, ils seront entre 30 et 40

     

    Derrière le verre et sur le bord prêts à s'envoler.

     

    J'ai alors ouvert le cocon. On voit très bien l'agglomération des cellules protégées par une enveloppe de fils de soie.
    A droite il y a encore une nymphe qui doit se transformer définitivement.
    Agrandir les images en cliquant dessus

     

     

     

    Partager via Gmail

    21 commentaires
  •  C'est le plus commun d'Europe et se trouve dans tous les milieux terrestres (sauf exceptions). Il est plus efficace que les abeilles et butine très tôt le matin, par mauvais temps, frai, venteux ou même sous la pluie. Il est élevé pour cette raison.

    Les images entières par un clic

    La mise en page a été créé au moyen d'un "Tableau". L'icône se trouve sur l'interface de nos blogs sous mode "Expert"

    Boudon terr Bourdon terr Bourdon terr
    Bourdon terr Bourdon terr Bourdon terr
    Bourdon terr Bourdon terr Bourdon terr

     Un Bourdon Terrestre visite une Gentiane pourpre
    C'est mieux plein écran

    Aussi gros qu'est ce Bourdon terrestre il n'est pas à l'abri d'une mauvaise surprise. Pris dans les fils de la toile de cette Epeire diadème il doit en prendre la responsabilité. C'est un combat de titans où le rapport de force et d'astuce sont à égalité. Finalement il pourra se libérer et aller raconter sa mésaventure à ses congénères.
    Bourdon terr

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  •  
    Il y a celles qui ramènent le fruit de leur travail et il y a les autres.
    Tout est bien organisé dans une ruche

    Voir les abeilles en grand par un clic

    Abeille


     

    Partager via Gmail

    11 commentaires
  • Une des nombreuses Tenthrèdes du rosier
    Tenthrède
    Ces larves ou fausses chenilles pourraient correspondre à cette espèce mais une identification sur photo est difficile.
    Il est donc préférable de rester sur Allantus sp.
    A gauche une juvénile.
    Tentrhède

    Tenthrède

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique