• ♥ Les hyménoptères

    Les Hyménoptères (abeilles, guêpes, bourdons, tenthrèdes)

    Blog de wadou :Trésors de notre Nature, Les Hyménoptères  (abeilles, guêpes, bourdons)

    Le mot hyménoptère provient du grec hymên (mariage) et ptéron (aile). Ils sont équipés d'un crochet sur les ailes postérieures pour solidariser les ailes antérieures en vol.

    Les Hyménoptères font partie de l'ordre des insectes. Ils sont plus de 1'000'000 d'espèces réparties dans le monde entier. Les plus connus et appréciés de l'homme par leur qualité de pollinisateurs sont les abeilles, les guêpes, les bourdons. Ainsi que les fourmis qui jouent un rôle très important dans le maintien des équilibres naturels.

    Chez les hyménoptères il y a des phytophages (nourriture à partir de végétaux) des pollinisateurs (fécondation des fleurs) et une grande partie d'entomophages (mangeurs d'insectes en majorité des parasitoïdes) et encore des prédateurs (mis à mort).

    Ci-dessous un Hyménoptère prédateur, le Frelon (Vespa crabro)  Il vient d'attaquer une araignée Argiope


    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Les Hyménoptères (abeilles, guêpes, bourdons)

    Un Hyménoptère parasite de l'églantier Cynips du rosier  qui provoque les galles appelées bédégars

    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Les Hyménoptères (abeilles, guêpes, bourdons)


  •  
       Voici le panneau concerné

      Voir "Le chemin des abeilles"
                           

     

    Agrandir

                           

     


    Les différentes activités des abeilles suivant les mois et saisons



    Une année de la vie dans la ruche. Tiré d'un panneau éducatif du "Chemin des Abeilles" de Courtepin à Cournillens







    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  

    La société d'apiculture du district Lac français a mis sur pied un parcours jalonné de panneaux d'informations et d'éducation concernant les abeilles de nos régions. Cette initiative de valeur permet à tout un chacun d'apprendre à connaitre la vie de nos abeilles par une promenade le long  de la rivière La Crausaz qui coule de Cournillens vers Courtepin. 16 Panneaux doubles français-allemand, magnifiquement conçus, sont disséminés au bord du chemin  avec photos et textes explicatifs.
                                                                                              




    Le parcours de Courtepin à Cournillens fait plus de 3 km




    Avant le plaisir de découvrir ces panneaux il afallu les imaginer, les dessiner, décider des textes complétés par une imagerie adaptée, trouver une entreprise pour les fabriquer et les placer dans le terrain. Toute une histoire. Ce projet d'envergure a finalement été concrétisé avec maitrise après deux ans de travail de cette équipe d'apiculteurs passionnés.

        Ce sont les panneaux du départ

    En premier enterrer des plots en béton

    Puis fixer les support de base

        Et les panneaux de fin de parcours à plus de trois km du départ

    Et les tableaux explicatifs français-allemand

    En dernier des copeaux de bois aux pieds

     

       Je vous présente les 4 premiers panneaux comme exemples. Les textes étant difficiles à lire sur photo,
    j'en ajoute un juste en-dessous avec possibilité d'accéder aux textes.

     

     

       



      Voici arrivé le jour tant attendu. Le 22 mai 2017 à 09.00 heures du matin a eu lieu l'inauguration en présence des autorités de la commune de Courtepin. Après le discours de bienvenue et d'explications concernant le parcours, la petite "Annabeille" a coupé le ruban traditionnel. 


    Et c'est parti pour une balade à haute valeur ajoutée
    De Courtepin à Cournillens le Chemin des Abeilles éducatif le long de la rivière La Crausaz






    Partager via Gmail

    17 commentaires
  •  


    Début avril les reines frelon sont encore confinées dans leurs alvéoles hivernales. Bien protégée du froid celle-ci s'était réfugiée à l'intérieur d'un tronc facile à travailler. Elle est capable de sécréter une substance pour se protéger contre le gel. Je l'ai photographié sans qu'elle ne bouge. J'ai évidemment pris la précaution de remettre en place assez de matériel afin de lui permettre de terminer sa "diapause" (temps d'hivernation sans avoir besoin de se nourrir).

    Une reine en diapause


    Au réveil une de ces reines, fécondée en automne, a cherché un endroit pour fonder une nouvelle colonie. J'ai découvert son nid sous la dalle du balcon de l'appartement au-dessus de notre terrasse. L'image de gauche est éloquente et la place bien choisie à l'abri. Avec ses 45 mm de diamètre ma première pensée a été pour un nid de guêpe. Ne voyant rien bouger j'ai décidé d'attendre et de voir venir. 5 minutes se sont écoulées et voilà que la propriétaire s'est manifestée. En regardant de plus près je constate qu'il s'agit non pas d'une guêpe mais d'un frelon et de surcroit de bonne taille. C'était donc une reine qui depuis plusieurs jours œuvrait à l'élaboration de cette base.
                                                                                          C'était le 14 mai 2017 à 14.30 heures


    Le lendemain 15 mai 2017, il est 12.30 h.
    Je suis au poste d'observation et constate que le travail continue. Mais voilà le rapport de grandeur de ce frelon ne correspond pas à une reine. Manifestement c'est une ouvrière (la suite de l'histoire me donnera raison).



    Le même jour 18.00 h.
    L'ouvrage avance. Le dernier ajout est parfaitement visible, pas encore sec
    Le lendemain 16 mai 2017 14.00 h.
    L'enveloppe est presque terminée
    Il est 20.30 h.
    Une dernière retouche pour
    façonner l'entrée
    Pour ce jour arrêt du travail.
    C'est l'heure de se coucher

           

    A ce stade voici ma réflection

    Pour l'instant ce nid ne représente aucun danger excepté si je m'avise de vouloir toucher la structure lorsque l'ouvrier-frelon est de retour. Mais si je laisse faire une douzaine de naissances auront lieu prochainement. Alors il y aura de l'animation autour du nid de base car les nouveaux adultes vont immédiatement se mettre à l'ouvrage pour agrandir le nid. Les 18 propriétaires de notre résidence me tomberont forcément sur le paletot. Donc, malgré ma forte envie de ne pas intervenir, pas d'alternative, va falloir faire disparaitre sans délai cette base. Dès que le frelon s'est envolé pour aller se nourrir ou récolter de nouveaux matériaux, j'en ai profité pour dépendre le nid. Oh ! surprise au moment où j'ai manipulé la structure voilà qu'un autre frelon en est sorti. C'était la reine qui travaillait à l'intérieur. Je me suis alors hâté de me mettre à l'abri dans l'appartement avec le nid dans ma main. La reine a tourné un bon moment à la recherche de sa maison pour finalement disparaitre. Aucun doute qu'elle se remettra immédiatement à la recherche d'un nouveau coin plus tranquille pour elle et sa progéniture. La décomposition ci-dessous met à jour les premières alvéoles contenants chacune un œuf ou une larve à différents stades de développement. Ainsi que les trois enveloppes successives. C'est donc la fin d'une nouvelle génération qui a voulu faire sa place dans le monde des insectes au mauvais endroit. A voir un nid en pleine nature

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  •  Cette grosse abeille a ici 20 mm mais peut atteindre 30 mm avec une envergure de 5 cm. Elle aime la chaleur et le réchauffement climatique aurait une influence sur l'augmentation de sa population. Son bourdonnement en vol est impressionnant.
          
            Clic sur les vignettes pour

     
     
     
    Partager via Gmail

    30 commentaires

  • Voilà 4 ans j'ai planté un petit Pin sylvestre dans notre jardin-terrasse. Il fait actuellement 1.50 mètre de haut. Je le taille régulièrement. Depuis deux saisons j'ai découvert sur certains rameaux des guirlandes de petites boules oblongues et un manque évident d'aiguilles autour de ces agglomérats. Suite à mes recherches je suis arrivé à la conclusion que c'est les œuvres d'un hyménoptère, la Lyde du pin. La femelle pond dans les aiguilles. Les larves ou fausses-chenilles se nourrissent donc d'aiguilles et fixent les déjections autour d'un cocon de soie ou elles se cachent. C'est ainsi que se forme ces guirlandes le long des rameaux.

    Un clic sur les vignettes pour


     Je suis resté planté devant mon pin espérant apercevoir les squatteurs. La patience est la mère de toutes les vertus.
    J'ai pu saluer la sortie de deux fausses-chenilles. On peut les voir en bas de la première image. Elles ne doivent plus êtres loin de la maturité avec leur 25 mm de long. Le moment venu elles vont s'enterrer dans le sol et les adultes sortiront aux printemps prochain. Cette fois-ci je les ai raté mais j'espère pouvoir en observer l'année suivante.

     

     

     

     
    Partager via Gmail

    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique