• ♥ Les hyménoptères

    Les Hyménoptères (abeilles, guêpes, bourdons, tenthrèdes)

    Blog de wadou :Trésors de notre Nature, Les Hyménoptères  (abeilles, guêpes, bourdons)

    Le mot hyménoptère provient du grec hymên (mariage) et ptéron (aile). Ils sont équipés d'un crochet sur les ailes postérieures pour solidariser les ailes antérieures en vol.

    Les Hyménoptères font partie de l'ordre des insectes. Ils sont plus de 1'000'000 d'espèces réparties dans le monde entier. Les plus connus et appréciés de l'homme par leur qualité de pollinisateurs sont les abeilles, les guêpes, les bourdons. Ainsi que les fourmis qui jouent un rôle très important dans le maintien des équilibres naturels.

    Chez les hyménoptères il y a des phytophages (nourriture à partir de végétaux) des pollinisateurs (fécondation des fleurs) et une grande partie d'entomophages (mangeurs d'insectes en majorité des parasitoïdes) et encore des prédateurs (mis à mort).

    Ci-dessous un Hyménoptère prédateur, le Frelon (Vespa crabro)  Il vient d'attaquer une araignée Argiope


    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Les Hyménoptères (abeilles, guêpes, bourdons)

    Un Hyménoptère parasite de l'églantier Cynips du rosier  qui provoque les galles appelées bédégars

    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Les Hyménoptères (abeilles, guêpes, bourdons)


  • Voilà 4 ans j'ai planté un petit Pin sylvestre dans notre jardin-terrasse. Il fait actuellement 1.50 mètre de haut. Je le taille régulièrement. Depuis deux saisons j'ai découvert sur certains rameaux des guirlandes de petites boules oblongues et un manque évident d'aiguilles autour de ces agglomérats. Suite à mes recherches je suis arrivé à la conclusion que c'est les œuvres d'un hyménoptère, la Lyde du pin. La femelle pond dans les aiguilles. Les larves ou fausses-chenilles se nourrissent donc d'aiguilles et fixent les déjections autour d'un cocon de soie ou elles se cachent. C'est ainsi que se forme ces guirlandes le long des rameaux.

    Un clic sur les vignettes pour


     Je suis resté planté devant mon pin espérant apercevoir les squatteurs. La patience est la mère de toutes les vertus.
    J'ai pu saluer la sortie de deux fausses-chenilles. On peut les voir en bas de la première image. Elles ne doivent plus êtres loin de la maturité avec leur 25 mm de long. Le moment venu elles vont s'enterrer dans le sol et les adultes sortiront aux printemps prochain. Cette fois-ci je les ai raté mais j'espère pouvoir en observer l'année suivante.

     

     

     

     
    Partager via Gmail

    13 commentaires
  •  
    Faites comme cette abeille, butinez la fleur avec la souris

    N'étant pas apiculteur ou spécialiste du comportement des abeilles j'ai repris quelques textes très pertinents les concernant
    tandis que les photos sont sans conteste de moi.

    Pour plus de détails c'est ce site : 
    Nell Greenberg - Avaaz


    "Les abeilles disparaissent
    . Ces petites créatures industrieuses nous apportent presque une bouchée sur trois de tout ce que nous avalons, mais elles sont arrosées de produits chimiques 6000 fois plus toxiques que le dévastateur pesticide DDT! Toutefois, le gouvernement américain pourrait enfin agir pour interdire ces poisons tueurs d'abeilles."

     

     

     

     




    "Les abeilles pollinisent 70% des plus grands champs de cultures vivrières de la planète! Dans un monde sans abeilles, il y aurait toujours de la nourriture, mais nous perdrions la magnifique diversité des plantes, des fruits et des légumes locaux."

     










    "Les compagnies chimiques voudraient nous faire croire que ce qui arrive aux insectes n'affecte pas les personnes. Mais dans nos écosystèmes interconnectés, la disparition de créatures même minuscules a des répercussions sur nos existences. Dans la nature, rien n'existe seul, comme le disait Rachel Carson, chef de file du combat contre le pesticide DDT. Nous dépendons les uns des autres. Nous avons besoin des abeilles et les abeilles ont besoin de nous."




     

    Partager via Gmail

    24 commentaires
  • Article repris de Blogorama

     C'est une guêpe maçonne qui est apparue en Europe vers les années 1980. Une d'elles s'est mis
    dans la tête de construire ses pouponnières chez nous sur la terrasse sous la nappe de la table.
    En soulevant le bord tombant de la nappe j'ai découvert ces deux urnes, une déjà terminée et l'autre à moitié et encore humide.

    Les prises de vues datent du mois de juillet 2013

    Le va-et-vient d'un insecte nous a alerté et je me suis installer à l'affut. La patience est la mère des vertus ainsi je peux vous présenter ce magnifique hyménoptère, ~2cm , à la silhouette caractéristique d'une guêpe.


    Pour les images suivantes je me suis couché sur le dos pour la surprendre au travail. A gauche elle est revenue avec une boule de boue entre ses mandibules. Immédiatement elle en fait un anneau supplémentaire à son ouvrage. Puis elle poli l'intérieur.

     

    La couveuse est pratiquement terminée. Il lui a fallu 35 minutes pour en arriver là. La propriétaire revient plusieurs fois avec non plus une boule de boue mais avec autre chose coincé à ses crochets. L'image de droite révèle la nature du butin qu'elle transporte. Ce sont exclusivement de petites araignées qui serviront de nourriture à la larve. Entre la fermeture définitive de la cruche et cette photo il y a exactement 10 jours. La larve se développe rapidement.

     

    Un dernier voyage et elle referme l'urne non sans avoir pondu un seul œuf à l'intérieur.

     

     

     Un de mes amis, Imagesdupaysdesours, a lui été plus loin et a réussi des images de l'évolution de la nymphe. Voici les liens :

    http://images-du-pays-des-ours.eklablog.com/la-saga-de-la-pelopee-courbee-sceliphron-curvatum-guepe-chasseuse-d-ar-a98751393

    http://images-du-pays-des-ours.eklablog.com/la-saga-de-la-pelopee-courbee-sceliphron-curvatum-guepe-chasseuse-d-ar-a98752439

     

     


     
    Partager via Gmail

    17 commentaires
  •  

     Ces Abeilles coucous sont des solitaires. Elles ressemblent à des guêpes et leur comportement est qualifié de cleptoparasite par comparaison à l'oiseau coucou. La femelle fécondée va pondre dans les nids d'autres abeilles solitaires, les Andrènes, Alictides ou Osmies. Ces dernières vont élever les jeunes comme leur propre progéniture.

     

    Voici Nomada flava. Au repos elle replie ses pattes de devant (à voir sur la première vignette à gauche)
    Cliquez sur les vignettes pour




     

    Nomada fucata, avec le scutellum en jaune 




     

    Nomada lathburiana, avec le scutellum en deux taches jaunes


     

    Nomada ruficornis




     



    Partager via Gmail

    10 commentaires



  • Hier je suis allé visiter le nid de Frelons dont j'en avais fait un article (à voir )  tout heureux de pouvoir présenter un si bel ouvrage ainsi que ses constructeurs. A mon grand regret je l'ai trouvé dévasté par je ne sais quel inconscient. C'est évident, à voir le résultat, que ce n'est pas le travail d'un professionnel. Comment peut-on avoir du plaisir à un acte aussi irrationnel. Bien sûr il se trouvait au bord d'une route mais assez loin des habitations pour ne pas être une menace. C'est sûr aussi qu'en se promenant on passe devant mais je suis convaincu que la destruction de ce nid n'est pas en rapport, simplement les préjugés ont encore la vie belle. Je peux imaginer que l'infâme est le même que celui qui a inséré une cannette de boisson dans le creux de l'arbre.

    clic sur les vignettes pour
    Vues côté village et côté campagne

     

    Le nid avant et après le vandalisme

     

    J'ai récupéré quelques morceaux : 1ère image avec 3 cadavres, 2ème avec des alvéoles parfaites encore inoccupées et d'autres remplies de nymphes, 3ème et 4ème avec nymphes et larves immatures.

     

    Dans le détail : 1er image, les larves attendent d'êtres nourries. Ne sachant pas comment m'y prendre je dois me résoudre à leur prochaine mort. 2ème une larve hors de son alvéole. On remarquera le semblant de pattes pour se maintenir debout. 3ème j'ai enlevé le couvercle de protection pour montrer où en sont les nymphes et sur la 4ème une nymphe presque mature. Le moment venu le nouveau frelon va grignoter le couvercle pour se libérer. Ce sera son premier repas.

     

    J'ai collecté un grand et petit frelon mort. Pour les comparer je les ai épinglé 24 heures avant de les exposer.

    J'ai placé les morceaux de nid récupérés dans un vivarium improvisé avec couvercle et rangé dans un tiroir d'un placard à l'extérieur. J'espère ainsi pouvoir sauver quelques spécimens en les libérant avant l'hiver afin que les reines se trouvent un abri à leur convenance jusqu'au printemps.

     

    Partager via Gmail

    35 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique