• ♥ Les hémiptères

    Cette rubrique est consacrée à l'ordre des Hémiptères (piqueurs - suceurs) qui est divisé en Homoptères (cigales, cicadelles, pucerons, cochenilles) et en Hétéroptères (punaises) basés sur la structure des ailes et la position du rostre. La plupart des espèces connues sont phytophage (qui se nourrissent de substances végétales). Certaines espèces s'attaquent à d'autres insectes.

    Commençons par les punaises.
    Ci-après une Punaise des baies (Dolycoris baccarum) qui est de la famille Pentatomidae.
    Contrairement aux coléoptères dont les élytres recouvrent entièrement les ailes membraneuses, la structure des ailes antérieures  est formée par une partie sclérifée avec une terminaison membraneuse et se nomment Hémélytres. Les ailes postérieures entièrement membraneuses sont protégées dessous.
    Morphologie

    Morphologie

    Autres punaises avec le rostre en action, à gauche planté dans un fruit du Chèvrefeuille à balais
    au milieu une larve de coccinelle comme repas et à droite une nymphe de coccinelle se fait vider
    Pour agrandir les images, un clic
    Piqueur-suceurPiqueur-suceurPiqueur-suceur



  • Demi-diable ou Cigale épineuse (Centrotus cornutus) Membracidae


    Étonnante créature. Fin mai 2020, en trois jours durant mes sorties de 01.30 h. j'en ai à chaque fois découvert quelques une. Sans exception sur des nouveaux rameaux de mûriers. Pas plus grandes que 6-8 mm elles se contentaient de tourner autour de la ramure à mon approche. Ces insectes bondissent comme les sauterelles. Une seule a effectué son saut pour se soumettre à ma vue.

                                                                  A courte distance du buisson j'ai vu ce petit truc.

                          Ni une ni deux, les lunettes sur le nez, je me suis avancé et petit à petit une silhouette s'est  précisée

    Demi-diable ou Cigale épineuse (Centrotus cornutus) Membracidae

    Son physique est très particulier avec ses deux cornes latérales et une autre ondulante sur le dos. Cette dernière fait partie du casque et serait le résultat de la transformation et de la fusion d'une paire d'ailes située sur le premier segment thoracique. L'ancêtre serait un insecte à trois paires d'ailes. (Wikipedia).

    Demi-diable ou Cigale épineuse (Centrotus cornutus) Membracidae

    Une attitude avec la corne déployée vers l'avant Serait-ce pour se frayer un passage parmi les pucerons ?
    Je n'ai pas trouvé d'explication à cette attitude 

    Ils n'ont pas l'air d'être en guerre

     
    De face tout aussi épineux et diablotique

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  

    La Réduve annelée   (Rhynocoris annulatus) Hémiptère - Reduviidae

    Il n'y a pas beaucoup de documentation sur cette punaise. On connait son état de prédateur d'autres insectes
    et que les espèces du genre donnent des soins à leur progéniture.
    Certaines d'entre elles s'en prennent aux chenilles de papillons.
    Beaucoup d'insectes comme celui-ci emploient le mimétisme mullérien qui consiste à arborer des couleurs vives
    pour avertir l'ennemi de leur toxicité, donc inconsommable.

    A propos de la désignation Réduve, du latin reduvia = panaris (pas gentil mais bien trouvé)
    Les Réduves peuvent transmettre la maladie dite de "Chagas" qui est une infection due à un parasite microscopique

    La Réduve annelée   (Rhynocoris annulatus) Hémiptère - ReduviidaeMais à part ça Madame la punaise tout va très bien...

    La Réduve annelée   (Rhynocoris annulatus) Hémiptère - Reduviidae


    Elle utilise un rostre puissant pour poignarder ses proies et sucer leur morphologie interne liquéfiée.

    La Réduve annelée   (Rhynocoris annulatus) Hémiptère - Reduviidae

    La Réduve annelée   (Rhynocoris annulatus) Hémiptère - Reduviidae

     

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  •  

    C'est une Punaise des bois aussi reconnue sous Tropicoris rufipes
    Elle suce la sève de différents feuillus, de fruits et parfois se délecte d'insectes.   
    Ses caractéristiques : les deux cornes tronquées du pronotum et la pointe jaune-orangée du scutélum.

     
                   La fornication 

        La lumière ambiante génère
            une couleur surprenante
     

      Avec leurs couleurs ces juvéniles méritent des images Celle-ci pirate une proie d'une araignée. Son rostre est bien planté.
         

     

     

     

     
    Partager via Gmail

    14 commentaires


  • La Punaise de l'aubépine, Punaise des bois, Punaise à bouclier ou
    Punaise ensanglantée
    (Acanthosoma haemorrhoidale)

    C'est la seule espèce du genre connu en Europe
    --------          La Punaise grise ou Punaise du bouleau
                          (Elasmucha grisea)



    C'est un de ces insectes qui s'occupe de  ses œufs et défend ses petits en restant dessus ou à proximité immédiate. Cette punaise fait revenir un petit au troupeau s'il veut s'en écarter. Les jeunes adultes ci-dessous vont encore perdre de leurs couleurs en vieillisssant.
     
     
     
     
     
     
    Partager via Gmail

    18 commentaires
  •  


    Personnellement je l'appelle Punaise printanière. Les scientifiques du classement des espèces vont évidemment chercher très loin pour déterminer une espèce. Voyons pour cet insecte :

         Règne                  : animalia                     Super ordre        : paraneoptera
    Sous-règne         : bilateria                     Ordre                 : hemiptera
       Infra-règne        : protostomia               Sous-ordre         : heteroptera
                Super-embr.       : ecdysozoa                  Infra-ordre        : pentatomomorpha
    Embranchement : arthropoda                 Super-famille     : ligaeoidea
                 Sous-embr.         : expoda                        Famille               : rhyparochromidae
                Classe                  : insecta                       Sous-famille       : rhyparochrominae
              Sous-classe         : pterygota                   Tribu                   : rhyparochromini
            Infra-classe        : neoptera                     Genre                 : rhyparochomus


    Me voilà en lisière de forêt le 22 mars 2016. Une souche pourrissante au soleil est un gîte hivernal de choix pour cette punaise. Le climat tempéré de ces jours de mars a réveillé la colonie qui a hivernée dans les fentes de ce tronc. Très rapides ces punaises cherchent à se reproduire dès leur première sortie. La ponte aura lieu dans le sol. Ces Rhyparochromus se nourrissent en piquant-suçant les graines  ou en aspirant le suc de fleurs.





    En groupe
     



    Suçant du nectar
    Très rapide mais je l'ai talonné avec l'appareil
     



    Elle a percé une graine






     

     

     

     

    Partager via Gmail

    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique