• De couleur verte c'est un magnifique coléoptère prédateur rapide à la course pour attraper ses proies. Dérangé il s'envole mais jamais loin. Sa larve est également carnivore. Elle est terrée dans un conduit vertical la tête au ras du sol et attend  le passage d'un insecte. Elle se développe en deux ou trois ans et la nymphose a lieu en mai-juin. Un mois plus tard l'adulte nait. La reproduction n'a lieu qu'au printemps suivant après hivernation.

    A voir (ICI) sa cousine la Cicindèle des bois
    et (ICI) la Cicindèle hybride

    En premier la femelle reconnaissable aux deux gros points noirs sur les élitres
    Toutes les images peuvent êtres agrandies par un clic

     

     Le mâle n'a pas de points noirs


     

     

    Un adulte se promène dans l'aire occupée par des terriers creusés par les larves de cette espèce. Ces conduits qui peuvent atteindre 15 cm de profondeur se terminent par une chambre prévue pour la nymphose. La larve se maintient au ras du sol et attend le passage d'un insecte pour le tirer à l'intérieur et le dévorer.

     

    Voilà donc cette larve que j'ai déterré. Elle est vraiment bizarre avec sa tête bombée sur l'arrière et concave sur l'avant. Le disque pronotal est imaginé pour fermer le haut du conduit. Sur son dos elle arbore 2 paires de griffes pour se maintenir. Dérangée elle recule au fond du trou en une fraction de seconde. Elle fait 20 mm mais c'est un prédateur de première avec d'impressionnantes mandibules.

    Il va sans dire qu'elle a retrouvé sa liberté après la séance photos.

     


     
       
    Partager via Gmail

    10 commentaires

  • Coléoptère prédateur aux mêmes mœurs que la Cicindèle champêtre.

    Voir l'article (ICI) de la Cicindèle champêtre avec terriers et larves
    et (ICI) la Cicindèle des bois

    Sa couleur tire sur le vert mais un doute sur l'identité (Cicindèle des bois ?)











    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • C'est un coléoptère prédateur qui attrape ses proies à la course et la maintien avec ses impressionnantes mandibules.. En cas de danger elle s'envole mais ne va jamais très loin. Sa larve aussi vorace que l'adulte se love dans un conduit vertical au sol et attend le passage d'un insecte.

    A voir (ICI) sa cousine la Cicindèle champêtre avec images de larves et terriers
    et (ICI) la Cicindèle hybride.





     

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  •  

    D'autres noms lui sont attribués, Ocype odorant, Staphylin noir et tout court "Le Diable". C'est un prédateur mais il contribue au recyclage des  matières organiques sur le sol (nécromasse). Il est capable de voler, ses ailes sont repliées sous de courts élytres.

    J'ai découvert sa larve sous un tronc mort en forêt.
    cliquer sur les vignettes pour

    A gauche entrain de déguster une limace. Plusieurs repas seront nécessaires                         

    Elle se dresse sur son arrière pour se défendre et ouvre ses pinces

    L'adulte dérangé relève son abdomen comme un scorpion et ouvre ses mandibules

    Lorsqu'il en a vraiment marre d'être enquiquiné il dégage ses armes secrètes. Ce sont deux glandes exocrines qu'il déploie au bout de l'abdomen et qui dégagent une odeur très désagréable (son nom olens vient de là) .
     
    Au bord de la rivière il chasse aussi dans les arbustes

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  • C'est une espèce de Capricorne à reflets verts ou cuivrés que l'on découvre sur les feuillus et en particulier sur les saules. Il atteint 30-35 mm. L'adulte se tient volontiers sur les ombelles d'apiacées. Sa larve se développe dans le bois mort de saules (saproxylophage).
    C'est un magnifique coléoptère.




    Partager via Gmail

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique