•  Certaines désignations de cet insecte sont complétées par Clanoptilus

    Ce petit coléoptère atteint les 7mm et porte le nom
    d'une pierre naturelle la Malachite d'un beau vert irisé.
     Les adultes se nourrissent sur les fleurs mais chassent aussi de petits insectes. Dans des moments de stress ils déploient de chaque côté
    du thorax des vésicules excertiles (glandes qui dégagent une odeur désagréable, en l'occurrence une odeur d'éther) à voir sur l'image.
    Un oiseau ou une araignée serait sérieusement contré lors d'une prédation.

           
    A gauche une femelle et à droite je suis tombé sur un couple qui se prépare aux galipettes amoureuses. Le mâle se reconnait au premier segment ou article antennaire qui se présente enflé. Ici il tourne le dos à la femelle. Selon certains écrits le mâle de cette espèce produit des phéromones par l'arrière pour attirer une femelle (à vérifier). On dirait que ça se confirme ici. A voir la suite des préliminaires et l'accouplement avec la galerie ci-dessous.
     
    Voici le déroulement des préliminaires suivi de l'accouplement. Il a fallu prendre des dizaines de photos pour pouvoir créer une suite logique. J'ai cliqué durant plus de dix minutes. A regarder (clic sur les vignettes) l'essentiel et pas la qualité.
    Accédez au diaporama → et augmentez le temps de lecture à 10 secondes

    Partager via Gmail

    20 commentaires

  • C'est un coléoptère longicornes de 10-20 mm. Son nom n'est pas usurpé. La femelle pond 30-50 œufs dans la boiserie des maisons et en particulier des habitations comprenant du bois de résineux (épicéa, pin, sapin, mélèze). Les larves sont donc xylophages et creusent profondément ce qui peut occasionner un affaiblissement de la structure. Selon que la température est trop basse ou trop élevée les larves se développent entre 5-10 ans, la moyenne est de 3-5 ans. Elles ont alors tout le temps de faire des dégâts. En contre-partie l'adulte ne vit que ~25 jours.

    Il est fortement recommandé de traité le bois par injection sous haute pression pour le protéger en profondeur

    Agrandir

    Agrandir

     

     
    Partager via Gmail

    14 commentaires

  • Avec mon crayon je l'ai figé pour l'éternité dans son vol lourd de nuit.

    Dans son milieu naturel              cliquer sur les vignettes pour

     

    Sous toutes les coutures

     

    En retournant la terre au jardin j'ai découvert sa larve


    La mort l'a surpris. Il est resté relié à son monde suspendu à sa patte.
    Il n'a pas fallu longtemps à une mouche pour visiter la couveuse de sa prochaine ponte.
    "On a souvent besoin d'un plus grand que soi"

    Partager via Gmail

    25 commentaires


  • Vous trouvez un gland perforé, vous l'ouvrez et vous n'y découvrez que des déchets. C'est l'œuvre d'une larve qui se nourrit de la graine du gland. Il y a de la place pour une ou deux larves. Arrivées à maturité elles percent l'enveloppe, tombent au sol et s'y enterrent.
    clic pour

    Pour en arriver là il faut les ingrédients suivants :

    Un chêne en âge de se reproduire avec des glands tout neufs encore mous.


    Les adultes émergent du sol au printemps et dès que les glands apparaissent le cycle de reproductions se met en marche. A gauche la femelle perce déjà l'enveloppe là où c'est le plus facile tout en recevant les hommages d'un partenaire. Puis seule elle continue son travail sur d'autres fruits.

    Partager via Gmail

    23 commentaires

  • Ce coléoptère parasite ne passe pas inaperçu avec ses couleurs rouge et bleu métallique sombre au corps couvert de poils.
    Ses larves sont carnivores et se nourrissent des larves dans les nids d'hyménoptères (abeilles solitaires, osmies).
    Alvearius désigne les alvéoles de ces nids.

    Bien que mangeur de pollen les Trichodes ne dédaignent pas de varier leur repas par un apport de protéines.
    Ci-dessous un petit diptère.


    A ne pas confondre

    A gauche Trichodes alvearius  les élytres fermées avec bordures médiane
    noires et les bouts rouges.
    A droite Trichodes apiarius  les élytres fermées sans bordures
    médianes et les bouts noirs.

     

                                               Sur un Edelweiss                   Sur une Apiacée en compagnie d'une Misumena


    Sur une Renoncule à pleine bouche


    Et à l'envol

    Partager via Gmail

    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique