• ♥ Les coléoptères

    ♥ Les coléoptères♥ Les coléoptères

     Le nom coléoptère est composé de deux mots grecs, koleos (fourreau, étui) et ptéron (aile). Les ailes sont protégées par les élytres qui s'ouvrent au moment de l'envol et servent à la stabilité. Aujourd'hui plus de 300'000 espèces ont été découverte dans le monde entier. Le tier est phytophage (nourriture tirée des végétaux, fruits, graines). Une partie de ceux-ci sont xylophages (cosommation de bois ou de son contenu). Les deux tiers restant se divisent en coprophages (excréments), nécrophages (cadavres), parasites (sur organismes vivants) et prédateur (mise à mort)

     

    Les principales caractéristiques :    

      métamorphose complète (Holométaboles) = œufs → larves → chrysalide, nymphe→ métamorphose → adulte   

      morphologie caractéristique (tête, thorax (protothorax, ptérothorax), abdomen

      équipés d'élytres 

      pièces buccales broyeuses

    ♥ Les coléoptères

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     




    Les coléoptères se déplacent en volant excepté la plupart des carabes dont les élytres sont soudées et
    recouvrent les ailes postérieures atrophiées Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Les coléoptères et leurs caractéristiques

     

    Les plats de résistance des carabes qui sont les meilleurs assistants des jardiniers. La forme allongée de leur tête
    permet de vider les coquilles d'escargots.
    La galerie photos des carabes est visible (ICI)

    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Les coléoptères et leurs caractéristiques

    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Les coléoptères et leurs caractéristiques
    La galerie des espèces de carabes de nos régions est visible avec cet article
    Carabe en-tête

     


  • La larve des deux genres se ressemblent trop pour que je puisse les départager sans commettre d'erreur. L'adulte 10mm est un coléoptère brun (flavescens ) ou noir (concolor ) avec des antennes serrulées. Chez ces Drilus le dimorphisme sexuel est énorme. Le mâle est donc un coléoptère complet contrairement à la femelle qui garde l'apparence d'une larve mais sans poils (Aramel.free.fr ).


    La larve des deux genres se nourrit d'escargots. Elle attaque le gastéropode qui se réfugie dans sa coquille et tire avec lui la larve. Celle-ci dévore l'escargot et s'en va chercher le suivant. Au troisième elle occupera la coquille vide pour se nymphoser.

    En découvrant cette "chenille" qui n'en est pas une, je l'ai déplacé et mal m'en pris on ne sais plus ce que c'est. Quelques explications sur les agrandissements.

     

     Drilus flavescens ou concolor ??

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires

  • Petit charançon 3-5 mm dont les plantes hôtes sont différentes espèces de Molènes. Ci-dessous la Molène bouillon blanc (Verbascum thapsus). Ces coléoptères se nourrissent sur la plante et les femelles pondent de 1 à 3 œufs directement dans les capsules à graines. Les larves s'en régalent mais sont aussi cannibales, la troisième larve est le plus souvent dévorée. A maturité elles se nymphosent et entre 11 et 16 jours les adultes se dégagent en grignotant la paroi de la capsule. Ils hivernent au pied de la plante hôte sous le feuillage et le cycle recommence dès le mois de mai.


      

     






    La rencontre avec une fourmi. Le charançon ne
    semble pas incommodé
    Partager via Gmail

    23 commentaires
  •  


                       La larve est saproxylophage (qui se nourrit de bois mort en décomposition)                     La niche sous-écorce                     
         
                                                                        Un mâle reconnaissable à ses joues gonflées                                                                             
         

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  •  

    Article complété avec des image de la femelle.
     Un des plus grands coléoptères longicornes d'Europe. Il peut dépasser les 40 mm (pour la femelle). Il est principalement nocturne mais on peut observer leur vol en plein jour. Il s'agit ici d'une femelle photographiée le 14 août 2016 alors que les deux mâles sont du 16 août 2008 (8 ans à deux jours près). La larve est Xylophage, se nourrit de bois dans les vieilles souches de feuillus et peut atteindre les 6 cm. Il lui faudra 3 ans pour devenir nymphe et se transformer en un majestueux adulte. Ce dernier a une espérance de vie de 10-20 jours et durant ce temps ne se nourrit pas.


    Une femelle             La désignation "tanneur" découle de la structure (cuir) de surface des élytres              Deux mâles
     

     

    La femelle est plus grande que le mâle. Ses antennes sont
       plus frêles et moins longues. Celle-ci fait 45mm

      Un mâle se repose de jour sous une ombelle d'une apiacée
     
      
      
     

     
      La femelle est glabre

                   Il mesure 10mm de moins et a des antennes très
                   dentelées aussi longues que
    le corps. Il peut être
                   deux fois plus petit que la femelle.
     
     

    Je l'ai déposé sur la table de la terrasse et recouverte d'un
       récipient transparent en attendant de préparer l'appareil photo.
       Elle cherchait furieusement une sortie. En enlevant le récipient
       elle a immédiatement adopté cette posture, la gueule sur la
       table et les deux pattes arrières relevées. Elle ne bougeait
       plus. L'expression "faire le mort" est parfaite.

     

     
                                            Le mâle est pubescent sur le ventre  
     




    Cette fameuse position. Elle n'a toujours pas bougé.

                    Un autre mâle avec ses impressionnantes antennes

     
      Les pinces buccales des deux spécimens sont des outils
                               dissuasifs de défense.............................. 
     






     
    Partager via Gmail

    30 commentaires
  •        
    Cet article fait suite à la présentation de la Galéruque de l'aulne 
    A voir aussi une deuxième ponte avec des naissances

     Samedi 23 juillet 2016
     Sous une feuille d'Aulne glutineux une ponte
     de plus de 60 œufs de moins de 1 mm. Déjà
     plusieurs d'entre eux ont subi des dégâts.
     A côté trois exuvies provenant des mues de
     petites cicadelles (Empoasca vitis) qui ne
     s'attaquent pas aux œufs.

        

      Les larves sont de véritables dentellières. Au final
      l'arbre reprendra le dessus en reconstituant de
      nouvelles pousses.





      

       Mercredi 27 juillet 2016
     J'ai décidé de suivre l'évolution de cette
     ponte. je découvre ce jour une magnifique
     minuscule mouche entrain de se restaurer
     au dépend de la couvée de la Galéruque.
     La longueur de son corps correspond à
     3 œufs.
     
     28 juillet 2016
     Les déprédations continuent. Il s'agit de
     petites mouches de 3 mm de la famille
     Chloropidae et de l'espèce Thaumatomyia.
     
    Dans cette catégorie elles ne sont pas
     prédatrices à l'exception de celle-ci qui
     vide les œufs.
     Le même jour mais 30 minutes plus tard un
     autre prédateur s'est invité au carnage.
     C'est  une punaise juvénile probablement
     d'Adelphocoris lineolatus. Plusieurs petites
     mouches volaient autour de la feuille.
     30 juillet 2016
     En 7 jours tout est consommé ou presque.
     Il reste encore quelques résidus de jus à
     savourer. Cette fois la Galéruque a parti-
     cipé à la survie d'autres espèces.
     Dans la nature il y ceux qui mangent et
     ceux qui sont mangés, c'est la loi.
    Partager via Gmail

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique