• Les cloches de l'église de Courtepin dédiée à Notre-Dame du Rosaire

                                                                    
                                                         "Une ville sans cloches est comme un aveugle sans canne"

    En période de Pâques je me suis mis dans la tête de rendre visite aux cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin. Après avoir acqui l'autorisation du conseil de paroisse j'ai été reçu par la sacristaine en titre Madame Stucky Huguette qui m'a pris en charge pour la découverte des cloches le Jeudi Saint 13 avril 2017. Cette charmante Dame née à Courtepin perpétue ce travail depuis de longues années dans la lignée des Stucky qui sont entrés en fonction dès la construction terminée de la nouvelle église en 1951 et dont la première pierre a été scellée en 1949.

                 La très sympathique Madame Stucky Huguette  


    J'ai eu de la chance car le soir même les cloches partaient pour Rome où elles seront bénies par le Pape. Elles reviendront le jour de Pâques remplies d'œufs pour les distribuer dans les jardins en carillonnant.

     

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin


    La partie technique

    Depuis la sacristie on accède à la salle des cloches par un parcours de galeries et d'escaliers en bois. Sur trois côtés de la tour les plaques, aussi en bois, supportant les horloges externes. Le mécanisme actionné électriquement et dimensionné à son application a une lointaine ressemblance avec nos montres de poignet. Les trois appareils sont reliés à un tableau de commande synchronisé avec les dispositifs de départ du carillon et des sonneries horaires.

     

    Le beffroi

    Le local des cloches abrite une structure en bois capable de supporter et d'absorber les mouvements d'oscillations et les vibrations très importantes lors des sonneries. C'est le beffroi d'origine spécialement construit pour les trois cloches moulées en 1898.

       

    L'ancien tableau de commande et le nouveau
    L'ancêtre est encore en parfait état de fonctionnement au cas où le nouveau aurait une défaillance.

         
                                                                                     La petite histoire des cloches de Courtepin

    C'est donc en juillet 1949 que l'on posa la première pierre pour la nouvelle église catholique Notre-Dame qui a été consacrée le 02 septembre 1951. Elle a remplacé l'ancienne chapelle devenu trop petite en raison du développement démographique de Courtepin. Le clocher est resté vide jusqu'en 1955 où il a reçu l'inestimable cadeau de la sonnerie en acier de la paroisse voisine de Schmitten qui a effectué chez elle le remplacement par des cloches en bronze.

    Les cloches sont suspendues au beffroi au moyen d'un joug équipé d'une roue actionnée par une chaine pour le balancement. Leur emplacement est exactement pareil au schéma ci-dessous, la petite (lab3), la grande (do4) et la moyenne (mib4).

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

     

    Chacune porte une inscription ainsi que l'année du coulage, 1898

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

    Les cloches de l'église Notre-Dame de Courtepin

    « C'est Pâques et je serai quelques jours absentL'Abeille charpentièree, Xylocope violet (Xylocopa violacea) Hyménoptère - Apidae »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 28 Avril à 09:40

    Super article.Tout cela est parfaitement agencé ,surveillé et entretenu de façon moderne . C'est réconfortant.

    Merci de ce partage.

    Bonne fin de semaine.

    2
    Vendredi 28 Avril à 11:22

    Un grand plaisir à te lire Walter, superbe article si détaillé, tout y est parfaitement entretenu et merci à Madame Huguette Stucky

    qui t'a permis d'aller faire  ces clichés si nets et résonner en nous les "cloches de Courtepin" !!!!

    Merci pour le  partage,

    Bonne journée et amicales bises à tous les deux.

    Christiane

    <table style="height: 104px; margin-right: auto; margin-left: auto;" width="381" height="104"> <tbody> <tr> <td> </td> <td style="text-align: justify;"> </td> </tr> <tr> <td rowspan="2"> </td> </tr> </tbody> </table>

     

      • Vendredi 28 Avril à 11:40

        Excuse le copier-coller que j'ai voulu faire de Madame Huguette Stucky brrrrcry

    3
    Vendredi 28 Avril à 13:19

    Wow, magnifique, j'adore les clochers, ton article est superbe! Bise, bon week-end tout en douceur, dans la joie et la tendresse!

    4
    Vendredi 28 Avril à 14:22

    J'aime entendre le son des cloches, en fait, je les entend mais je ne pense pas à toute cette technique et à tout ce qu'il faut comme sécurité pour que cela fonctionne sans danger. Quel plaisir d'apprendre tout cela grâce à ton article très intéressant.

    Cette dame est bien souriante et aimable !

    J'admire la beauté de l'Eglise, la propreté qui émane du paysage et le beau ciel bleu

    Am

     

    5
    Vendredi 28 Avril à 17:08

    Tu as fait une touche là!

    J'ai vu qu'elle a sorti le vin de messe...

    Quelle chance d'avoir pu photographier ces cloches avant leur départ pour Rome!

    6
    Vendredi 28 Avril à 19:35

    Bonsoir.

    M'Enfin ! (G Lagaffe) ... De la neige par chez toi ... !

    Eh bien, nous aussi mais un voile léger sur les sommets de 1200m et +

    Mon père, il y a quelques temps déjà, habitant près de l'église, remontait, une fois par semaine, le mouvement des cloches du village.

    Depuis, comme chez toi, elles ont été électrifiées ... heureusement pour ses jambes car il fallait grimper là-haut.

    Bonne soirée.

    Gilbert

    7
    Samedi 29 Avril à 08:50

    Un très beau billet, clair et net comme tout dans cette église

    Bon week-end

    8
    Samedi 29 Avril à 09:59

    très interessant ton article sur les cloches , ben dis voir je ne pensais pas qu'il fallait un tableau comme ça ! où est le temps où l'on sonnait les cloches à la main en s'agrippant à une corde !!! ptdrrr..

    bon ben maintenant que tu connais bien le tableau, si jamais ça t'énerve que les cloches sonnent tu sais ou appuyer pour les mettre silencieuses ptdrrrrr.. je dis ça car avec ma gd mère quand on allait voir mon arrière gd mère en haute savoie l'hiver on dormait à l'hotel, car les chambres du fond de la maison familiales n'avaient pas de chauffage, et l'église etait juste à côté de l'hôtel on les entendait sonner tout le temps, les quarts d'heure, les demi-heures et les heures... minuit au secours.. j'arrivais à m'endormir ensuite car 1H ça ne me reveillait pas !!!!

    en tout cas tes cloches sont superbes et bien amarrées on se demande comment elles ont pu faire pour s'envoler à rome  ! lol...

    il fait beau aujoud'hui on part promener dans le coin, un bizou et un très bon w.end du 1er mai, biz flo

    9
    Samedi 29 Avril à 10:08

    Un petit reportage qui change de l'ordinaire et que j'ai bien apprécié.

    Bonne journée.

    10
    Samedi 29 Avril à 15:56

    Comme ça fait longtemps.

    Et là, avec les cloches, tu viens réveiller mon esprit plutôt naturellement endormi

    car je ne rends que très peu visite à ceux qui ne publient pas. Méa culpa.

    Tu fais bien de me sonner les cloches.

    Bravo à toi d'avoir su convaincre, pas facile d'accès ces endroits de l’intimité des clochers.

    Amicalement. Yann

                                                 http://adelette.a.d.pic.centerblog.net/47c8bdec.jpg

    11
    Samedi 29 Avril à 18:50

    Elles sont imposantes ces cloches , un système complètement rénové et visiblement tres moderne pour commander le tout . Je serais curieuse de voir comment fonctionnent les cloches de la cathédrale de Metz , avant il était possible de monter pourvoir la plus célèbre d'entre elles la cloche de la Mutte ( 11 tonnes ) qui sonne en fa#, maintenant pour des questions de sécurité c'est interdit .

    Merci pour ce billet tres intéressant 

    Bon week - end 

    Bisous 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :