• Pour avoir la petite chute en face j'ai du entrer dans l'eau. J'avais des bottes en caoutchouc et ce n'est pas isolant du tout.

    Ces photos sont du 04 février 2015. Je suis au bord de la rivière nommée Bibera (de l'allemand Biber qui signifie castor) à la sortie de Courtepin mon domicile. Je me prépare à prendre des images de glaçons formés ces derniers jours par le froid près de petites chutes d'eau. Avec les pieds je dégage de la végétation qui me gène et voilà je remarque cette petite araignée qui a été dérangée dans son sommeil hivernal. Elle se déplace très lentement et je peux la comprendre, il fait -2° C. C'est une femelle en bonne forme qui ne semble pas trop souffrir de la température ambiante. Mais faut pas trop tenter le diable et après la séance photos je l'ai remis sous la couche de feuilles mortes d'où elle ressortira au printemps.

    Cliquez sur les vignettes pour

     
    Partager via Gmail

    15 commentaires
  •  

    Quand je n'ai plus rien à mettre dans l'appareil je cherche encore. Qui cherche trouve, et voila qu'à mes yeux ces toiles de fils de soie m'ont donné l'occasion d'en faire une série. Les araignées sont des petites futées quand il s'agit de tendre des pièges.
    Les végétaux sont choisis avec une grande "intelligence".

    Cliquez sur les vignettes pour

    De structure classique                                                                                    En mailles serrées


    Une autre technique sans faille consiste à tendre des filets entre les différents supports pour capturer tout insecte volant.

                                                                                                                                                                     Et ça marche, preuve en est ce papillon

     

                                   Le brouillard aussi s'est fait piégé.                          Photographiées le 23 novembre ces mûres n'arriveront pas à maturité


    Retour à la galerie des
    Vers la galerie

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Son nom d'Araignée courge n'est pas usurpé. Il est difficile de différencier Araniella cucurbitina de opisthrographa. Sa couleur vert-clair parsemée de jaune se confond facilement avec la végétation. La tache rouge à l'arrière de l'abdomen est propre aux adultes. Elle aime les lisières de forêts mais se trouve jusque dans nos jardins sur les rosiers. Elle en élimine bien des insectes dits nuisibles qui se prennent dans sa toile.
    Araniella

    Araniella Agrandir l'image pour apercevoir les œufs dans le coconAraniella
     Une tipule Nephrotoma s'est prise au piègeAraniella

     Une juvénile a pris domicile sur une feuille d'un chêne Araniella

     Cliquez sur les images pour les agrandir

    Araniella

    Le mâle est plus petit mais pas moins efficace

    Araniella

    Araniella
    Partager via Gmail

    5 commentaires
  •  

     Les images de cet article sont rassemblées sur trois ans et proviennent de deux coins sous le auvent de notre terrasse.

    Cette petite araignée de coloris variés tisse  sa toile en un fouillis de fils de soie dans les recoins abrités extérieurs ou non habités de la maison.
    L'insecte qui se prend dedans n'a aucune chance de s'en tirer.
    Ci-dessous une femelle ~7 mm en posture de protection au repos.



      

      

     

     

     

    Présentation

     

    A gauche une femelle avec son  abdomen arrondi et a droite des mâles de coloris différents et leurs pédipalpes en massues

     

     


    Cliquez sur les vignettes pour

     

     

     

     


    La famille

    La femelle bien ronde avec le mâle petit
    et discret et trois cocons dont un
    qui a libéré les petits

    Ou une femelle et deux cocons

    Chaque cocon peut contenir entre 100 et 400 bébés et la femelle peut construire, en une saison, jusqu,à 7 cocons

     

     

     

     

     

     

     

     

     














    Les proies, ça se passe principalement de nuit

        Un charançon                              Une coccinelle                           Une tipule et sauterelle                 Une patte de tipule


     Une Tégénaire en vadrouille s'est empêtrée dans le fatras de fils. On peut se rendre compte comment la reine des lieux lui a paralysé les pattes avec du fil pour l'empêcher de se débattre avant de lui injecter le venin. Et toujours par l'arrière car gare aux chélicères de la Tégénaire

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  •  








     
    Les Opilions sont un ordre d'Arachnides (dont les araignées, scorpions et acariens). Contrairement aux araignées ils ont le céphalothorax et l'abdomen soudés. Leurs longues pattes bougent comme des faux (Faucheux). Ils possèdent des chélicères mais n'inoculent pas de venin.
    Les opilions ne génèrent pas de soie.

     
    Cliquez sur les vignettes pour
    Leiobunum rotundum
                                     mâle                                                                            femelle                                        rassemblement         
    Opilio Canestrinii
    Opilio parietinus

                                                                                                  

    Les Opilions sont pour la plupart omnivores (carnivores, détritivores ou végétariens). Ici une Epeire en fait les frais
    Phalangium opilio
    Opilion sp.
     
    Partager via Gmail

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique