• C'est une araignée très discrète qui tisse sa toile avant le lever du soleil. Comme son nom l'indique elle est active la nuit mais ne dédaigne pas de bouger durant le jour pour paralyser un insecte qui se prend dans ses filets. Ci-dessous une femelle découverte sous une écorce au mois de mars.
    Durant toute la journée elle se cache à l'affût. Elle est capable d'aplatir son corps pour se dissimuler.



    A gauche c'est celle du dessus du mois de mars elle est déjà réveillé du passage de l'hiver tandis que celle de droite photographiée au mois d'octobre se calfeutrait sous une écorce et dans son nid prête à affronter le froid.
    Agrandir les vignettes

    Epeire des fissures (Nuctenea umbratica) AraneidaeEpeire des fissures (Nuctenea umbratica) Araneidae

    Et le mâle nettement plus petit mais il est équipé de très longues pattes avant pour les premiers contacts tactiles avec la femelle lors des prémices à l'accouplement. Les araignées mâles ont des massues au bouts des pédipalpes qui fonctionnent comme organes copulateurs.

    Epeire des fissures (Nuctenea umbratica) AraneidaeEpeire des fissures (Nuctenea umbratica) Araneidae

    A gauche l'araignée a capturé un charançon.
    Elle a alors construit le cocon à œufs directement sur l'insecte. Ce sont les jeunes araignées qui vont en profiter.
    Ce n'est pas de "l'intelligence ça ??

    Le nid
    Une juvénile déjà indépendante
      
    Un nid sur une brindille. Si elles sont dérangées elles se dispersent.
    Suite à de maintes recherches je crois que ce sont bien des Epeires des fissures. (référence)
    Partager via Gmail

    21 commentaires
  •  

    Les dessous d'un pont sur une rivière sont habités par plusieurs espèces d'araignées qui piègent l'entrée ou squattent l'intérieur.
    En particulier il s'agit ici de la Metellina sp. avec forte présomption pour Metellina segmentata aussi populairement désignée  comme Méta d'automne. Les images ont été tirées au mois de septembre et je prends bonne note des remarques d'un spécialiste (richardunord6.skynetblogs.be)
    Agrandir Agrandir


    Le couple femelle et mâle. On remarquera la longueur des deux paires de pattes avant souvent réunies.

     
    L'approche et l'acte d'amour
    cliquer sur les vignettes pour

    La femelle a capturé une proie.
    Un mâle s'approche.
    Il se place pour éviter un contact
    direct dangereux pour lui
       
      Avec ses longues pattes il commence à caresser la femelle Mis en confiance il tente une approche très prudente  
        Sa décision est prise, il maintient les pattes de la femelle pour éviter d'être attrapé

    La copulation

     

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  • Il n'est pas commode de distinguer Theridion sisyphium de impressum sur photo. D'ailleurs leur nouvelle désignation est Phylloneta sisyphia  (merci au spécialiste Richard dont voici l'adresse richardunord6.skynetblogs.be)

    Cette araignée de 3-4 mm construit son nid en forme de cône renversé garni par les insectes déjà capturés. La toile est tissée tout autour. J'ai observé un nid sur un chardon mais mon article illustre des nids sur les plantes de colza arrivant à maturité. L'anglais nomme cette araignée Mothercare en raison de son engagement envers ses petits lors de leur venue au monde. Non contente de les protéger elle régurgite de la nourriture comme certains oiseaux. La mère mourra avant la dispersion des juvéniles qui profiterons encore de son corps (à voir les petites araignées en dernières images).
    Le champ de colza

                                                                                           Les nids entourés par la toile
                                                                                        Cliquez sur les vignettes pour

    Vue depuis dessous.                       La femelle garde son cocon vert.                    Les insectes sur le nid.
    Theridion Theridion Theridion

    Sur fond de coquelicot

     

    La nichée au complet avec maman. A droite les petites se nourrissent aux pattes d'une punaise.
    A voir en grand
    Theridion Theridion Theridion
     
    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  

     Une araignée que l'on peut qualifier de domestique. En effet elle hante les maisons. Vu la longueur de ses pattes on pourrait le confondre avec un faucheux ou une tipule. Lorsqu'il n'est pas sur sa toile, un enchevêtrement de fils, il fuit au danger. Sur sa toile il l'a fait vibrer d'une telle façon  qu'il en devient presque invisible. Avec ses 10 mm c'est un terrible prédateur qui n'hésite pas à s'attaquer à une grosse tégénaire. Celle-ci n'a aucune chance, le pholque l'enrobe de fils de soie à une vitesse qui lui est propre. A voir l'article avec la ponte Pholque et ponte
             Un clic sur les vignettes pour 

    Pholque phalangideSes  longues pattes         

    Une tipule s'est faite piégée. Ses pattes sont paralysées.
    A l'affut suspendu sur sa toile la tête en bas

    Ses pattes équipées de sensilles sont de vrais radars

     Retour à la galerie des araignées
    Partager via Gmail

    17 commentaires
  •  

    C'est une cousine de la Veuve noire mais ne pouvant pas inoculer autant de venin elle est nettement moins dangereuse. Le poison reste confiné autour de la piqure qui ne survient chez les humains que par accident. Elle aime vivre autour et dans les maisons. J'ai photographié cette araignée au Togo - Afrique de l'ouest sur le mur de notre pied-à-terre à Lomé. Une belle surprise elle est magnifique. Elle a deux pattes plus courtes que les autres.



    Cliquez sur l'image et les vignettes pour

                                                                                                             Une attitude type de défence - protection
    Partager via Gmail

    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique