• Celle-ci se reconnait à ses couleurs fortes, noir, rouge et claire sur le dos. Sa forme rappelle l'autre  Parasteatoda tepidariorum dont voici l'article   mais parait encore plus haute.
    Je l'ai découvert dans une encoignure d'une ouverture libre d'un souterrain servant de garage.   

     

    Par précaution elle agglomère les cocons avec divers matériaux. Les petites peuvent s'y cacher en cas de danger



    Cliquez sur les vignettes pour

     

     retour à la galerie des araignées

     
    Partager via Gmail

    15 commentaires

  • Une petite rivière, La Crausa ou Merdasson, traverse notre village de Courtepin. La route principale enjambe ce cours d'eau par un pont complètement remis à neuf durant les mois de novembre-décembre 2011. Je sais par expérience que certaines espèces d'araignées savent se mettre à l'abri. En ce jour du 03 octobre 2015 j'ai fait une descente sous ce pont.
    A mon grand plaisir je vous présente les quelques espèces qui se partagent cet endroit au sec.

    Pour la Tégénaire, suite à mes doutes j'ai fait appel au spécialiste qu'est richardunord6.skynetblogs.be. Vous trouverai ses explications dans les commentaires. Merci à lui.
    clic sur les vignettes pour y compris celle du milieu

                  L'Épeire des fissures L'Épeire des ponts
                   La Metellina merianae
                   Le Pholque phalangide                  La Pisaure admirable 
                La Steatoda bipunctata  La Tégénaire sp.
     
    La Zygielle des fenêtres  ou Épeire des fenêtres 

     Retour à la galerie des araignées

    Partager via Gmail

    19 commentaires


  • De la même famille que les Tégénaires cette araignée peut atteindre les 15 mm. C'est une architecte immobilière qui élabore un abri en forme de tunnel. De là elle tisse une toile dont la structure et les mailles ne laissent aucune chance à l'insecte qui tombe dessus. Et même si ce dernier arrive à marcher sur ce filet pour essayer de fuir, l'araignée est trop rapide. Elle a aussi besoin de boire et sa toile récolte la rosée du matin ou les gouttes de pluie. La toile résiste.


    Tous les milieux peuvent l'accueillir. Dans la végétation au sol, dans un massif de ronces, dans un champ de blé et dans une pile de bois mort, elle est partout à l'aise et chez elle.

    Dans la végétation basse

    Dans les ronces Dans un champs de blé Dans un tas de bois mort


    Lorsque j'ai commencé à m'intéresser de près à cette araignée j'ai souvent constaté la proximité de baies de la forêts et parfois même carrément intégrées dans la toile. Je crois de moins en moins à une coïncidence mais plutôt à une subtile "intelligence". Une multitude d'insectes sont attirés par la succulence de ces petits fruits. C'est le piège parfait.



        Une belle grosse femelle prend
    le soleil sur sa terrasse


    De même un mâle reconnaissable à ses deux pédipalpes terminés en massues

    Un mâle fait la cour à madameUn mâle fait la cour à sa dame

     

    Exceptés les chevrons sur le dos les jeunes Agélènes ont encore les couleurs juvéniles. Malgré leur jeune âge elles sont déjà hautement qualifiées pour arriver à de redoutables adultes. Au milieu l'image du bas démontre que la toile résiste à la pluie.

     

    Chez cette araignée le sexe faible, exception faite de sa toile, ne fait pas dans la dentelle quand il s'agit de s'alimenter.
    Abeilles, tipules, bourdons sont des mets de choix et même la dernière en bas à droite s'est spécialisé dans les criquets et sauterelles.

    Retour à la galerie des araignées

    Partager via Gmail

    24 commentaires

  • Rencontrée sur un massif d'orties cette petite araignée de 5 mm a les deux épaules proéminentes comme des ailes atrophiées et des taches vertes sur le corps. Son mimétisme est remarquable. Sans cesse en mouvement j'ai eu de la peine à la suivre.

    Agrandir Agrandir

    Deux bosses comme des ailes atrophiées

    Elle a deux yeux frontaux très rapprochés formant un ravancement
    Agrandir Agrandir
    Agrandir Agrandir Agrandir
    Partager via Gmail

    20 commentaires

  • En ballade au bord de la rivière je remarque une tache sur une feuille de Cornouiller sanguin. Je m'approche et découvre une structure en boule fixée avec des filaments. J'en avais déjà vu de pareilles mais sans vraiment m'y intéresser. Cette fois-ci je suis décidé à en savoir plus.
    Quelques images de ces cocons à cliquer pour

     


    Ma curiosité gloutonne m'a poussé à ouvrir un de ces cocons. Et une boule d'œufs m'est apparue. Selon expérience c'est déjà une forte présomption pour une espèce d'araignée. J'ai délicatement refermé la protection sur cette incubation.



    Mes soupçons étaient donc fondés. J'ai ramené à la maison une branche avec la feuille et son cocon. Je ne sais pas combien de temps ce nid avait été confectionné avant mais deux semaines plus tard voilà que des petites araignées sont nées. L'espèce m'est toujours inconnue et je ne suis pas équipé pour l'élevage. Si quelqu'un pourrait me mettre sur la voie j'en serais heureux.

    Selon les spécialistes ( http://richardunord6.skynetblogs.be/ ) il s'agirait de la famille de Tetragnathidae.
    Mes recherches continuent pour nommer l'espèce.

    agrandir agrandir

    Retour à la galerie des araignées

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique