• ♥ Les araignées ou arachnides

     Blog de wadou :Trésors de notre Nature, Bienvenue chez les araignées

    Ce ne sont pas des insectes.

     Il en existent plus de 40'000 espèces. Elles forment un groupe avec les scorpions, les acariens, les tiques, la classe des Arachnides. 4 membres pour les humains, 6 pattes pour les insectes, les araignées se payent le luxe d'avoir 8 pattes.Leurs yeux sont au nombre de 0 (cavernicole) et jusqu'à 8. Ils sont primordiaux pour les Salticidae (araignées sauteuses), les autres se servent en priorité de leurs pédipalpes ou sensilles (poils) partout sur leur corps pour détecter une proie ou une partenaire.   Ce sont des prédateurs (régulation des populations d'insectes) qui inoculent du venin à leurs proies pour les paralliser et liquéfier l'intérieur pour s'en nourrir.

     

    Morphologie

    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Bienvenue chez les araignées

     

    Blog de wadou : Trésors de notre Nature, Bienvenue chez les araignées


  • Les scientifiques vont parfois très loin pour dénommer une nouvelle espèce


    En latin "Zygon" signifie "joug". Donc Zygiella à cause du dessin sur l'abdomen en forme de joug de cheval.

    Et pour le x-notata, voici la réponse de Christine Rollard, scientifique française...

    pour l'origine de "x-notata", en reprenant la description originale de Clerck (en latin), il précise qu'il a donné ce nom
    car le dessin visible sur la face dorsale de l'abdomen correspond
    "aux 2 poissons du signe astrologique" ou "à une sorte de petit X".

     

                 Voici le signe astrologique                             et deux vues de Zygiella femelles. Les motifs diffèrent pour chaque individu                                          

     

     

    Cette femelle a réussi une prise et l'a emmené dans son salon pour consommer tranquillement

    Deux mâle plus petits. Leurs longues pattes permettent une approche prudente de la femelle. A droite il ferait mieux de se méfier. Cette grosse femelle n'est pas une Zygiella mais une Epeire des fissures qui pourrait bien s'en accomoder pour un repas.

    Retour à la galerie
    Vers l'accueil des araignées

     

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  •  

    Balade - découverte chez les araignées


    En été la nature est en plein essor. L'épanouissement de la flore attire une multitudes de butineurs. Et tout naturellement là où il y a de la nourriture à grappiller arrivent les prédateurs. Les oiseaux, certains hyménoptères et bien sûr les araignées. En particulier les Misumena ou Araignées-crabe qui se démarquent par leur capacité de plagier la couleur du milieu où elles s'installent à l'affut. Voici quelques spécimens pris sur le vif.

     La Thomise variable (Misumena vatia)

    Normalement une araignée ne dédaigne pas une proie qui se promène à sa portée. Ici, la thomise n'a pas bougé d'un poil même lorsque cette guêpe est montée sur son dos. Elle a pour sûr décelé chez ce rôdeur un danger pour elle.

    Le lendemain sur la même ombelle elle n'a pas hésité
    à s'emparer d'un Mérodon absolument inoffensif.

     

     Les trois images suivantes montrent trois Thomises
    sur différentes ombelles avec chacune un Syrphe du genre Pipiza. Actuellement ces diptères (mouches) sont très nombreux à butiner.

     

     

     

     
     

     
         
    Partager via Gmail

    16 commentaires

  •  Très souvent mes pas me transportent dans une des forêts jouxtant notre village de Courtepin.
    Cette image provient de là et l'idée de la découpe est signée Florencias dont voici le blog : http://florencias.eklablog.fr/


    Mes observations y sont multiples. Cette fois-ci mes yeux se sont fixés sur un petit amas vertical de fils de soie et de déchets. Il a fallu m'approcher pour découvrir une petite araignée se tenant au milieu de sa toile. Moins de 5 mm. 

     

    05 juin 2016
    L'amas de fils de soie et de débris divers s'apparente au zig-zag
    sur la toile de l'Argiope fasciée, c'est le stabilimentum. Ici il sert surtout de camouflage.
    24 juin 2016 même endroit
    L'araignée a ajouté un petit charençon et un brin d'herbe.
    Sur l'image de droite elle est à table.

     

    Un an plus tard le 13 juin 2017
    Une de la même espèce c'est installée sur notre terrasse.
    Celle-ci est coloré différemment. Son stabilimentum contient cette fois des restes de nourriture en bas.

    Sur un côté la toile est fixée à un fil de fer
    qui a 1,5 mm de diamètre.


     

     

     

    Partager via Gmail

    21 commentaires

  • Un complément au premier article présentant ce grand prédateur, à voir Pholque phalangide

     Sa toile est un enchevêtrement de fils d'où un insecte n'a que peu de chance de s'échapper. Et une autre espèce d'araignée qui aurait l'audace de fouler le filet sera aussi vite attaquée et emballée malgré sa faculté de se déplacer sur les fils.
    Le Pholque est une araignée de l'ombre.


    clic sur les vignettes pour

    Une femelle                                                                                      Un mâle

     

    Prédation, à gauche une punaise genre Liocoris et à droite une grosse araignée une Tégénaire

     

     

    Si dans son environnement un diner facile se présente il n'hésite pas. Tout à gauche une autre araignée, une Steatoda, a emballé une proie. Le Pholque n'est pas très loin. Au milieu un autre est entrain de vider la proie destinée à nourrir à la naissance les jeunes araignées contenu dans le cocon. Ce n'est pas le cocon d'un Pholque. Le milieu dans lequel vivent les Pholques est souvent colonisé par des Opilions qui eux se régalent des restes abandonnés, image de droite.

     

    Une femelle prête à pondre. Les œufs sont agglomérés et maintenus par la mère. Elle ne lâchera son bien que pour se nourrir.
    A droite, je suis arrivé trop tard pour voir les petites. Il ne reste que leurs exuvies.

    Si vous voulez un résultat n'abandonnez pas trop vite.
    Le lendemain je suis retourné auprès de la nurserie des Pholques et cette fois les petites étaient au rendez-vous.
    Elles n'attendaient que l'instant où l'adulte leur laisserait l'araignée capturée.

    Retour à la galerie des araignées



    Partager via Gmail

    21 commentaires

  • A la lisière de la forêt une haie d'orties éclaboussée de soleil toute la journée. Ces végétaux font office de château-fort et sont utilisés par bon nombre d'insectes ou de papillons comme plantes hôtes. Certaines araignées aussi ont compris leur valeur protectrice.
    Entre autres la Pisaure admirable.


    D'abord une femelle avec son abdomen distendu par la présence d'œufs et son cocon tout frai, bien rond et lisse suite à la ponte
       
    Les jours ont passés et le cocon gonfle et se déforme, conséquence de l'évolution des bébés. Le moment est venu pour la maman de tisser un abri en forme d'entonnoir renversé de fils de soie parfaitement étanche. L'attente commence. 

     

    Les petites sont nées dans trois nids différents.
    Elles resterons confinées sous leur abri 4 à 6 jours selon mes observations puis se dissémineront dans la nature
    avec l'espoir d'échapper aux prédateurs pour devenir à leur tour de prévenantes mamans ou fières papas.

     

    Les mamans, très amaigries, poseront la garde à proximité immédiate jusqu'au départ de leur progéniture. 
    Elles mourront peut de temps après.

     

    N'oublions pas les papas, magnifiques mâles avec leurs pédipalpes en massues.
    Partager via Gmail

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique