•  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                CLICKGalerie

     

     

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  •  

     

     

     
    Superbe Syrphe qui, pour une fois, a  de "longues" antennes. A ne pas confondre avec la famille Conopidae.
    Les adultes se nourrissent sur différentes fleurs.
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
    Agrandir
     

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  •        
    Cet article fait suite à la présentation de la Galéruque de l'aulne 
    A voir aussi une deuxième ponte avec des naissances

     Samedi 23 juillet 2016
     Sous une feuille d'Aulne glutineux une ponte
     de plus de 60 œufs de moins de 1 mm. Déjà
     plusieurs d'entre eux ont subi des dégâts.
     A côté trois exuvies provenant des mues de
     petites cicadelles (Empoasca vitis) qui ne
     s'attaquent pas aux œufs.

        

      Les larves sont de véritables dentellières. Au final
      l'arbre reprendra le dessus en reconstituant de
      nouvelles pousses.





      

       Mercredi 27 juillet 2016
     J'ai décidé de suivre l'évolution de cette
     ponte. je découvre ce jour une magnifique
     minuscule mouche entrain de se restaurer
     au dépend de la couvée de la Galéruque.
     La longueur de son corps correspond à
     3 œufs.
     
     28 juillet 2016
     Les déprédations continuent. Il s'agit de
     petites mouches de 3 mm de la famille
     Chloropidae et de l'espèce Thaumatomyia.
     
    Dans cette catégorie elles ne sont pas
     prédatrices à l'exception de celle-ci qui
     vide les œufs.
     Le même jour mais 30 minutes plus tard un
     autre prédateur s'est invité au carnage.
     C'est  une punaise juvénile probablement
     d'Adelphocoris lineolatus. Plusieurs petites
     mouches volaient autour de la feuille.
     30 juillet 2016
     En 7 jours tout est consommé ou presque.
     Il reste encore quelques résidus de jus à
     savourer. Cette fois la Galéruque a parti-
     cipé à la survie d'autres espèces.
     Dans la nature il y ceux qui mangent et
     ceux qui sont mangés, c'est la loi.
    Partager via Gmail

    14 commentaires
  •  

     

    Cet article fait suite à la présentation d'une première ponte  de la Galéruque de l'aulne 

     

    La première ponte que j'avais suivi fut donc "détruite" par des prédateurs dont le seul mal était de se nourrir.
    Par chance j'ai découvert une deuxième couvée qui a eu plus de chance malgré les attaques qu'elle a enduré.
    La régulation de la population des larves est instaurée par la nature. Un adulte pouvant pondre deux fois par année plus
    de 60 œufs, on peut facilement s'imaginer les dégâts sur la végétation au cas où toutes les larves arriveraient à survivre.
    Autant d'adultes feraient également d'énormes dommages car ils ne dentellent pas ils défolient.

     

     

     

    27 juillet 2016
    Plus de 60 œufs ont été
    déposés sous une autre feuille du même Aulne glutineux. Une petite pu-
    naise est déjà sur place.

     

    30 juillet 2016
    Déjà plusieurs d'entre eux
    ont été déprédés. La punai- se à droite en fait son plat favori (Adelphocoris lineolatus)

    06 août 2016
    Les naissances ont eu lieu.
    Seulement 17 larves sur
    60. Les petites mouches
    Thaumatomyia s'occupent
    des restes.

    07 août 2016
    Les larves rongent la cou-
    che supérieure de la feuil-
    le. Une mouchette est tou-
    jours de la partie.
    11 août 2016
    Les larves deviennent glou-
    tonnes elles ont changé de
    feuille.  Je souhaite bon 
    vent aux 12 restantes.



     

    Partager via Gmail

    4 commentaires

  • Je n'ai pas trouvé l'origine de la forme "fourmi". C'est un papillon de nuit qui aime voler et se nourrir au soleil.
    Ce papillon n'a des écailles de couleur que sur une partie des ailes parfaitement transparentes. L'adulte est un butineur, il affectionne les endroits humides, marais. La larve ou chenille prospère durant deux ans à l'intérieur des rameaux ou sous l'écorce de différentes espèces de saules (Salix).  Préférence sera donné aux végétaux endommagés, vieux ou pourris où la femelle peut facilement pondre. La larve ou chenille passera l'hiver en nymphe ou chrysalide sous l'écorce des plantes hôtes et l'imago émerge de mai à juillet.

     

     

     

     

     
       
     
       
       
    La trompe enroulée ne trompe pas c'est bien un papillon. Il s'approche
    de l'inflorescence d'une
    Salicaire commune.
    Il se pose et sans atten-
    dre se met à table.
    Une aile si caractéristique
    Partager via Gmail

    25 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires